Quand des dirigeants d'entreprise veulent continuer à s'en mettre plein les poches

Publié le 25 Août 2015

Quand des dirigeants d'entreprise veulent continuer à s'en mettre plein les poches

Comment un dirigeant d'une entreprise, dont l'Etat dispose de nombreuses actions, peut-il se comporter de la sorte ? En effet, obligé de quitter l'entreprise à cause de résultats médiocres, ce monsieur n'oublie pas de se faire allouer une retraite complémentaire de près de 300 000Euros par an, alors qu'il n'a pas passé 5 ans dans la boite.

Cela est révoltant et choquant et cela se passe avec la bénédiction de nos politiques.

A un moment, il va falloir penser à démettre de leurs fonctions tout ce joli monde qui oublie trop souvent l'intérêt général pour ne servir que leur seule petite personne.

Un article du site 'L'Obs' daté du 06 Mai 2015

**************

Retraite chapeau : le subterfuge de Philippe Varin, l'ex-patron de PSA

Grâce aux nouvelles règles mises en place par PSA en janvier 2014, Philippe Varin touchera bien une retraite chapeau de près de 300.000 euros par an, alors qu'il devait y renoncer.

Il avait promis d'y renoncer, il la touchera finalement : l'ancien président du directoire de PSA Philippe Varin, qui a quitté la tête du groupe automobile début 2014, percevra une retraite chapeau de près de 300.000 euros par an, alors qu'il s'était engagé à ne pas le faire, révèle le site internet Deontofi.com.

Fin 2013, en partance du groupe automobile alors en difficultés, Philippe Varin avait dû renoncer aux 21 millions d'euros prévus pour sa retraite chapeau, face à l'avalanche de critiques suscitée par la publication de cette somme colossale.

Un petit subterfuge plus tard, l'ex-patron de PSA touchera finalement 299.000 euros brut par an de retraite supplémentaire.

L'ex-président du directoire du groupe a profité de la révision du système des retraites chapeau de ses dirigeants mises en place par PSA Peugeot Citroën depuis le 1er janvier 2014.

Au moins 5 ans d'ancienneté

L'information est d'ailleurs mentionnée dans le document de référence 2014 de PSA publié fin mars :
Philippe Varin [...] bénéficie du régime résultant du nouveau règlement ayant pris effet au 1er janvier 2014 [...] Il a fait valoir ses droits à la retraite au cours de l'exercice 2014. À ce titre, il bénéficie d'une pension de retraite supplémentaire d'un montant annuel brut de 299 000 euros", indique ce document.

Mais pour bénéficier de ce nouveau système, Philippe Varin devait afficher au moins 5 ans d'ancienneté dans l'entreprise, "autrement dit, il ne (devait) pas quitter Peugeot avant le 1er juin 2014 pour toucher le pactole", avance Deontofi.com, alors qu'il doit officiellement quitter la présidence fin mars.

Un nouveau contrat de travail

Or, son mandat a pris fin le 31 mars 2014, lorsque Carlos Tavares a pris la présidence du directoire de PSA.

Selon Deontofi.com, "Peugeot lui signera donc un nouveau contrat de travail pour une mission d'assistance à la mise en oeuvre des accords conclus avec l'Etat et Dongfeng", groupe chinois qui est entré au capital du Français depuis l'an dernier.

Ce contrat, effectivement évoqué par le groupe au moment de l'arrivée de Carlos Tavares, a pris effet au 1er avril et a permis à Philippe Varin de boucler les cinq années nécessaires au versement de cette retraite chapeau.

Contacté par l'AFP, PSA-Peugeot Citroën n'était pas joignable pour réagir à ces informations.

(Avec AFP)

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost 0
Commenter cet article