Les pourris Balkany récidivent !

Publié le 3 Décembre 2015

Les pourris Balkany récidivent !

On le sait bon sang que ces gens là sont des pourritures ! Alors comment se fait-ce qu'ils exercent encore les plus hautes responsabilités dans notre pays ? Comment se fait-ce que des connards puissent encore voter pour eux en les remettant au pouvoir ?

Je ne comprendrai donc jamais ce fameux syndrome de Stockholm où des Français votent pour ceux qui, par leurs actions à leurs profits, violent en permanence l'intérêt général !

Aujourd'hui, on se rend compte que les Balkany sont des pourris : ce qui est une vérité que tout le monde sait ! Comment dès lors continuer à voter pour eux ? Je me pose véritablement des questions sur le quotien intellectuel de la majeure partie des habitants de Levallois...

Un article du journal 'Le Monde' daté du 13 Août 2015

**********************

Saisies en série pour le couple Balkany
Le moulin de Giverny et le fruit de la vente de la villa aux Antilles ont été saisis par la justice
Plus d'immunité parlementaire, plus de passeport et désormais plus de villa pour Patrick Balkany. Visé par une enquête pour fraude fiscale, le député et maire (Les Républicains) de Levallois-Perret et son épouse ont vu leur résidence de Giverny (Eure) saisie par la justice, mardi 11 août, d'après une information de Charlie Hebdo, confirmée par l'AFP.

Le moulin de Cossy, dont le couple Balkany n'est plus propriétaire depuis qu'ils en ont fait donation à leurs enfants dans les années 1990, est évalué à plus de 4 millions d'euros. Sa saisie par les juges parisiens Renaud van Ruymbeke et Patricia Simon, en charge d'un dossier comprenant propriétés de luxe non déclarées au fisc, comptes offshore dans des paradis fiscaux et faits présumés de corruption, est " éminemment contestable ", a réagi Grégoire Lafarge, l'avocat du couple, pour qui " le juge d'instruction n'a pas qualité à révoquer une donation ". Patrick et Isabelle Balkany ont fait appel devant la chambre de l'instruction.

Ces derniers viennent également de vendre leur résidence sur l'île de Saint-Martin aux Antilles – la villa Pamplemousse –, saisie par la justice il y a quelques mois et estimée à " environ 3 millions d'euros ", d'après une source proche du dossier. Une vente faite avec l'accord des juges et dont le fruit a été saisi de façon conservatoire. Les époux Balkany ont longtemps nié être les propriétaires de cette villa jusqu'à ce que, placée en garde à vue en mai 2014, Isabelle Balkany reconnaisse posséder cette demeure, dont l'achat aurait été financé par un héritage.

Sociétés écrans
La cellule de renseignement antiblanchiment de Bercy, Tracfin, avait démontré que cette demeure appartenait à une série de sociétés écrans en Suisse, au Panama et au Liechtenstein. La justice s'interroge en outre sur l'origine des fonds. D'après l'avocat du couple, la maison aurait été payée avec des " fonds parfaitement licites " mais n'aurait " pas été régulièrement déclarée " et l'impôt de solidarité sur la fortune n'a " pas été réglé ".

Les enquêteurs s'intéressent aussi à une autre villa, à Marrakech : ils soupçonnent le couple de l'avoir acquise en se dissimulant derrière des sociétés off-shore et d'avoir utilisé comme prête-nom l'un de leurs proches, Jean-Pierre Aubry, ancien directeur général de la société d'économie mixte d'aménagement de Levallois, la Semarelp. Face à ces informations, Patrick et Isabelle Balkany ont simplement évoqué " un acharnement " de la justice et des médias à leur encontre.

Hélène Bekmezian

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost 0
Commenter cet article