La démocratie doit être et rester un critère intangible et le référendum, sa pierre angulaire !

Publié le 19 Février 2016

La démocratie doit être et rester un critère intangible et le référendum, sa pierre angulaire !

La définition de la démocratie est le pouvoir du peuple par le peuple. Quand on prend cette définition au pied de la lettre, on se rend vite compte que le référendum est une des pierre angulaire de la démocratie. Ainsi, un pays démocrate ne peut continuer à s'appeler comme tel s'il refuse un référendum, quel qu'il soit...

Je n'ai aucun avis sur l'indépendance catalane, mais ce que je sais c'est que le peuple doit être consulté si le pays se dit démocratique.

Il est donc inadmissible d'engager une procédure de "désobéissance civile" quant on se dit démocratique, car la "désobéissance civile" c'est justement de ne pas écouter le peuple !

Le parquet montre donc, en engageant des poursuites contre M. Mas, que l'indépendance de la catalogne n'est donc pas une mauvaise chose dans la mesure où ses défenseurs sont des démocrates à l'écoute de la population... Bref, tout le contraire du but recherché par le parquet...

Un article du journal 'Le Monde' daté du 17 Octobre 2015

**********

L'HISTOIRE DU JOUR

Mas, chantre de l'indépendance catalane, devant les juges

C'est en héros que le président du gouvernement catalan, Artur Mas, a été accueilli, jeudi 15 octobre, aux portes du Tribunal supérieur de justice de Catalogne par près de 3 000 sympathisants dont 400 maires venus de communes de toute la Catalogne. Accusé d'avoir organisé un " processus consultatif " sur l'indépendance de la Catalogne le 9 novembre 2014, après une plainte du parquet, Artur Mas était convoqué devant les juges, pour que lui soit notifiée son inculpation pour " désobéissance civile ", " usurpation de fonctions " et " détournement de fonds publics ". Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a critiqué depuis Bruxelles des " manifestations d'intimidations devant les tribunaux " qu'il a qualifiées d'" inacceptables ".

Artur Mas a su tirer parti de sa mise en examen. De nouveau sur le devant de la scène politique, il a pu se poser en courageux défenseur de la lutte pour l'indépendance de la Catalogne alors même que d'âpres négociations se déroulent actuellement entre la liste indépendantiste avec laquelle il a concouru aux élections régionales du 27 septembre, Junts Pel Si (" Ensemble pour le oui "), et le petit parti indépendantiste, anticapitaliste et europhobe de la Candidature d'unité populaire (CUP), dont le soutien est indispensable pour obtenir la majorité absolue à son investiture.

" Je me suis déclaré responsable de tout ", a affirmé Artur Mas lors de la conférence de presse qui a suivi sa comparution. " Je me déclare responsable d'avoir imaginé le processus participatif du 9 novembre. Je me déclare responsable d'avoir écouté des milliers de personnes qui ont rempli les places publiques (…) et d'avoir écouté 90 % des municipalités catalanes ", a-t-il égrené depuis le palais de la Généralité, le siège du gouvernement catalan.

Tout en assumant la responsabilité politique du " processus participatif ", Artur Mas s'est défendu de l'avoir mis en œuvre. " La Généralité a aidé, collaboré, informé, mais ce sont les volontaires qui l'ont exécuté ", a-t-il précisé. Quelque 40 000 bénévoles s'étaient en effet mobilisés à cette occasion pour installer des urnes dans la rue, les gymnases ou les écoles de la région.

Si l'accusation est maintenue et qu'il est reconnu coupable, Artur Mas risque notamment d'être déclaré inéligible et relevé de ses fonctions. Mais il pourrait désobéir à une telle sanction. " Cela dépend du moment politique et de la situation juridique du pays ", a-t-il répondu à un journaliste, réaffirmant implicitement son engagement à déclarer l'indépendance unilatérale de la Catalogne dans un délai de dix-huit mois.

Sandrine Morel (Madrid, correspondance)

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost 0
Commenter cet article