Quand M. Hollande se prend pour le Père Noël !

Publié le 29 Septembre 2016

Quand M. Hollande se prend pour le Père Noël !

C'est vrai que ça commence à devenir bizarre cette histoire : plus M. Hollande baisse dans les sondages, plus il sort le chéquier pour faire plaisir à tout le monde ! Cela ne masquera en rien son incompétence car tout le monde sait que cet argent est l'argent du contribuable et non le sien !

Entre les baisses d'impôts promises, les 800 euros des enseignants et toutes les autres promesses, la Carte Bleue Elyséenne chauffe ! 4 milliards ça fait cher pour que M. Hollande se fasse réélire en oubliant que cet argent est payé par le contribuable !

Il est temps que le citoyen devienne responsable et n'écoute pas ces belles promesses qui ne font que démontrer l'incompétence manifeste du locataire de l'Elysée !

Un article du journal 'Le Monde' daté du 5 mai 2016

****************

Les " cadeaux électoraux " de l'exécutif irritent à droite
Les Républicains dénoncent " la politique du chéquier " et une opération " clientéliste ", un an avant la présidentielle
La droite s'agace de l'avalanche de " cadeaux électoraux ", comme elle les qualifie, annoncés par l'exécutif depuis le début de l'année. Mardi 3 mai, encore, le chef de l'Etat, intervenant à un colloque de la Fondation Jean-Jaurès et de Terra Nova sur " la gauche et le pouvoir ", a -confirmé qu'il envisageait une nouvelle baisse d'impôts en 2017 " pour les plus modestes ".

Même si François Hollande a pris soin de préciser que cette baisse des prélèvements interviendrait " en fonction des marges et seulement en fonction des marges dont nous pourrons disposer ". Dans l'après-midi, c'est le premier ministre, Manuel Valls, qui a annoncé une hausse de 800 euros de la prime annuelle des enseignants du primaire dès la rentrée 2016 : le coût de cette mesure est évalué à 305 millions d'euros.

Compteur des promesses
Depuis le début de l'année, entre le plan formation emploi (1,6 milliard), les mesures exceptionnelles en faveur des agriculteurs (900 millions), le financement de la transition énergétique (300 millions), la hausse du point d'indice des fonctionnaires (600 millions), la prolongation du dispositif de suramortissement des investissements pour les entreprises (400 millions), les mesures en faveur des jeunes (200 millions), ce sont déjà 4 milliards d'euros de dépenses nouvelles qui ont été lâchés, selon le décompte effectué par la rapporteure générale (PS) de la commission des finances de l'Assemblée nationale, Valérie Rabault.

La droite accuse l'exécutif de se livrer à une opération de " clientélisme " en vue des élections de 2017. Le parti Les Républicains (LR) a annoncé qu'il allait ouvrir un compteur des promesses de François Hollande. " Nous allons lister ses cadeaux et ses chèques remis à chaque catégorie sociale en vue de sa réélection ", a annoncé Brigitte Kuster, porte-parole de LR, lundi 2 mai, lors du point de presse hebdomadaire.

L'opposition entend désormais dénoncer systématiquement cette " manipulation grossière ". Quitte à se livrer elle-même à la surenchère. " Avec toutes ces dépenses supplémentaires, plus des baisses d'impôt, on risque d'avoir des comptes très dégradés en 2017 ", a mis en garde, lundi sur RTL, le président (LR) de la commission des finances de l'Assemblée nationale, Gilles Carrez. Ce dernier évalue à " plus de 6 milliards d'euros les dépenses nouvelles, non financées ", annoncées -depuis le début de l'année.

15 milliards d'euros
François Fillon, qui était en meeting mardi soir à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), a fustigé le gouvernement. " Depuis le début de l'année, François Hollande a déjà dépensé en cadeaux divers ce que la croissance ne lui a pas encore donné. Cela représente 6 milliards de dépenses en plus ", s'est indigné le candidat à la primaire de la droite, jugeant que " cela va alourdir la dette du pays ".

Le parti sarkozyste, lui, va plus loin, en assurant que le total des dépenses s'élèverait à près de 15 milliards d'euros (4,3 milliards en 2016, 3,6 milliards en 2017 et 6,6 milliards pour 2018). Dans le détail, LR évalue le coût des mesures pour les jeunes à 600 millions d'euros ; celles pour les enseignants, les policiers et les fonctionnaires à plus de 3 milliards et celles pour l'emploi – avec la formation de 500 000 chômeurs et la prime à l'embauche – à 2 milliards. Enfin, il estime que la mesure destinée à étendre le RSA aux jeunes de 18 à 25 ans, prévue pour 2018, atteindrait 6,6 milliards d'euros.

Le porte-parole des Républicains Guillaume Larrivé s'en est pris, lundi, à " une politique du chéquier ". " Les comptes de campagne de M. Hollande, ce n'est pas la même chose que les comptes de la nation ! ", s'est insurgé le député de l'Yonne, proche de Nicolas Sarkozy.

Au même moment, le président de LR se trouvait dans la Somme pour courtiser les chasseurs et les pêcheurs. Un déplacement de campagne pour la primaire financé… avec les deniers du parti. Ce qui vaut à Nicolas Sarkozy d'être accusé par ses adversaires de profiter des moyens financiers du parti pour son propre compte.

Alexandre Lemarié, et Patrick Roger

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost 0
Commenter cet article