Quand la justice acquitte... sans démontrer ses propos...

Publié le 28 Juillet 2016

Quand la justice acquitte... sans démontrer ses propos...

La justice acquitte sous principe que ce groupe ne fait que refléter la pensée à la mode du moment... Soit...

On peut donc dire : " Renseigne-toi sur les pansements et les poussettes/Je peux te faire un enfant ou te casser le nez sur un coup de tête ", " J'respecte les schnecks - les filles - avec un QI en déficit/Celles qui encaissent jusqu'à devenir handicapées physiques ". Soit.

Mais on demande quand même que l'on tempère ces propos en disant qu'ils ne peuvent être avalisés ! Un minimum quoi !

Et bien ce minimum n'a pas été demandé par la cour d'appel de Versailles ! Un comble !

Ainsi, sous prétexte que le rap est " par nature un mode d'expression brutal, provocateur, vulgaire, voire violent puisqu'il se veut le reflet d'une génération désabusée et révoltée ", on peut donc tout dire ! Cool !

Donc, Orelsan a droit de dépendre aux jeunesse en tourment, par des propos blessants sous principe qu'il utilise le rap, voie royale en la matière : très bien !

Ainsi, la cour estime que " la distanciation avec ces propos, permettant de comprendre qu'ils sont fictifs, est -évidente ", le seul problème, c'est qu'elle ne démontre en rien cette "évidence" ! Et c'est bien là où le bât blesse ! Car non seulement on demande à une justice indépendante et garante de l'intérêt général qu'elle prenne position, mais, plus que tout, on demande à ce qu'elle démontre ses propos ! De dire "c'est une évidence", n'est absolument pas une démonstration !

Quand un prof de maths, et je sais de quoi je parle, voit une copie lui demandant de démontrer un problème dire "parce que c'est évident", il met un coup de plume rouge à travers la note...

Le "c'est évident" est donc proscrit, autant en justice qu'en maths, car le rôle d'un juge est de démontrer et motiver ses propos, et qu'aucune démonstration ni aucune motivation ne peut se satisfaire d'un simple "c'est évident" !

Ainsi, ce n'est pas parce que le rappeur, en interview, ne redit pas les paroles de ses textes, que ces textes n'en constituent pas moins un délit de "provocation à la violence à l'égard d'un groupe de personnes à raison de leur sexe"... Chanter qu'il faut exploser les filles est un délit et doit le demeurer...

La liberté d'expression a ses limites et il est malheureux que des tocards de juges (liberté d'expression, merci) utilisent leur idéologie pour défendre l'indéfendable...

A bon entendeur !

Un article du journal 'Le Monde' daté du 20 février 2016

************

La violence des textes d'Orelsan, " reflet d'une génération révoltée "
Poursuivi pour ses paroles contre les femmes, le rappeur a été relaxé
En prononçant, jeudi 18 février, la relaxe du rappeur Orelsan, la cour d'appel de Versailles a rendu une décision qui risque de marquer durablement le droit de la liberté d'expression en France. Il était poursuivi par plusieurs associations de défense des droits des femmes pour plusieurs chansons interprétées lors d'un concert à Paris, en mai 2009, au Bataclan.

Parmi les textes incriminés de son album Perdu d'avance, sorti la même année, figuraient les propos suivants : " Renseigne-toi sur les pansements et les poussettes/Je peux te faire un enfant ou te casser le nez sur un coup de tête ", " J'respecte les schnecks - les filles - avec un QI en déficit/Celles qui encaissent jusqu'à devenir handicapées physiques " ou encore cette expression : " Ferme ta gueule ou tu vas te faire marie-trintigner ", en référence explicite à la mort de l'actrice Marie Trintignant, à la suite des coups portés par son compagnon Bertrand Cantat.

En mai 2009, la pourtant très libérale 17e chambre du tribunal de grande instance de Paris, qui construit jour après jour la jurisprudence en matière de liberté d'expression, avait considéré que certains de ces propos constituaient bien le délit de " provocation à la violence à l'égard d'un groupe de personnes à raison de leur sexe " et avait condamné le rappeur Orelsan, de son vrai nom Aurélien Cotentin, à 1 000 euros d'amende avec sursis ainsi qu'au paiement de 1 euro symbolique à chacune des associations parties civiles.

Sur ce sujet hautement sensible de la violence faite aux femmes, la cour d'appel de Versailles, présidée par Olivier Leurent, vient de prendre le contre-pied. Sa décision, longuement motivée, illustre le cheminement des juges entre les deux impératifs contraires que leur fixe la société : d'un côté, assurer la protection de tout groupe –à raison de son sexe ou de sa religion – contre la discrimination ou l'incitation à la violence ou à la haine. Défendre, d'autre part, ces principes démocratiques, souverains entre tous, que sont la liberté d'expression et la liberté de création artistique.

Equilibre périlleux
L'affaire des caricatures de Mahomet publiées par Charlie Hebdo jugée en mars 2007 devant le tribunal correctionnel de Paris – qui s'était conclue par la relaxe de l'hebdomadaire satirique et qui a nourri la tragédie des attentats de janvier 2015 – n'en finit pas de montrer combien l'équilibre est périlleux et lourd d'enjeux.

L'arrêt de la cour rappelle tout d'abord que " le domaine de la création artistique, parce qu'il est le fruit de l'imaginaire du créateur, est soumis à un régime de liberté renforcé afin de ne pas investir le juge d'un pouvoir de censure qui s'exercerait au nom d'une morale nécessairement subjective, de nature à interdire des modes d'expression, souvent minoritaires, mais qui sont aussi le reflet d'une société vivante et qui ont leur place dans une démocratie ".

Or, relève l'arrêt, le rap est " par nature un mode d'expression brutal, provocateur, vulgaire, voire violent puisqu'il se veut le reflet d'une génération désabusée et révoltée ".

La question qui s'est posée aux juges était donc de déterminer si les paroles incriminées cherchaient volontairement à injurier les femmes et à inciter à la violence contre elles ou si elles étaient d'abord et principalement " l'expression du malaise " d'une partie d'une génération. C'est cette deuxième voie que la cour d'appel de Versailles a retenue : " Orelsan dépeint, sans doute à partir de ses propres tourments et errements, une jeunesse désenchantée, incomprise des adultes, en proie au mal-être, à l'angoisse d'un avenir incertain, aux frustrations, à la solitude sociale, sentimentale et sexuelle. "

Relevant que le rappeur " n'a jamais revendiqué à l'occasion d'interviews ou à l'audience la légitimité des propos violents provocateurs ou sexistes tenus par les personnages de ses textes ", la cour estime que " la distanciation avec ces propos, permettant de comprendre qu'ils sont fictifs, est -évidente ".

La cour souligne que de tels propos exprimant aussi brutalement la violence des rapports entre les hommes et les femmes ne sont d'ailleurs pas seulement l'apanage du rap. " Le cinéma s'en est fait largement l'écho ces dernières années et il serait gravement attentatoire à la liberté de création que de vouloir interdire ces formes d'expression. "

Sanctionner de tels propos " reviendrait à censurer toute forme de création artistique inspirée du mal-être, du désarroi et du sentiment d'abandon d'une génération en violation du principe de la liberté d'expression ", conclut la cour en prononçant la relaxe du rappeur.

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost 0
Commenter cet article