Lettre à la région sur la gestion de la SNCF

Publié le 16 Septembre 2016

Lettre à la région sur la gestion de la SNCF

Réponse à M. Patrick Mignola concernant la situation actuelle à la SNCF

M. Patrick Mignola, vice-président chargé des transports en Auvergne-Rhône-Alpes,

J'ai lu avec la plus grande attention l'interview que vous avez donnée au journal 'Le Dauphiné Libéré' en date du 08 avril 2016.

Le moins que l'on puisse dire c'est que je ne partage pas du tout votre analyse sur la situation actuelle, bien que j'en partage les solutions préconisées.

Bien que je partage tout à fait l'obligation que la SNCF doive rembourser à la région des pénalités se montant à près de 20 millions d'euros, je ne partage pas du tout votre analyse sur la réalité que Région et SNCF ne se parlaient plus qu'avec défiance.

Ayant assisté à bon nombre de comités de lignes, je peux vous assurer que ce n'était pas le cas, bien au contraire ! La Région et la SNCF se sont toujours très très bien entendus en comité de ligne, allant même jusqu'à ce que les responsables des deux entités se tutoyaient et plaisantaient ouvertement entre eux ! Le problème n'était pas qu'ils ne s'entendaient pas, mais qu'ils s'entendaient si bien que l'intérêt général passait après leur cordiale entente !

En effet, la région n'a jamais défendu le voyageur ! Elle n'a jamais défendu les remboursements suite aux suppressions de trains, n'a jamais défendu la ponctualité et n'a jamais défendu le service élémentaire que se doit de rendre la SNCF vis à vis de sa clientèle !

Ceci a conduit, entre autres, aux changements de majorité qui vous a conduit aux responsabilités.

Quand la SNCF abusait de son droit de grève pour dénier à sa clientèle son droit élémentaire d'être remboursée, la région n'a jamais levé le petit doigt, y compris en comité de ligne où les demandes de la clientèle sont passées outre la bonne entente et la bonne humeur partagées entre les représentants de la région et de la SNCF.

Cette bonne entente affichée ne masque cependant pas le fait que la région est systématiquement mise en cause dans tous les manques de la SNCF actuellement : le moindre incident, le moindre problème est systématiquement mis sur le dos de la région par l'ensemble du personnel de la SNCF ! Pire : votre nom est régulièrement cité par le personnel de la SNCF pour vous accuser de vous opposer au remboursement de la clientèle lors des manques de la SNCF ! C'est tout juste si M. Patrick Mignola n'est pas responsable de la propreté des toilettes en gare de Grenoble !

En effet, "les absents ont toujours tort" ! La SNCF a donc pris l'habitude, ces dernières années, de systématiquement reporter la faute sur la région concernant tous ces manques (ponctualité, suppression de trains, etc.) !

Je pense qu'il est plus que temps de remettre de l'ordre dans cette entreprise en cessant de vous laisser faire et de vous laisser reporter la faute ! Il est plus que temps de signifier à cette entreprise que le patron, c'est vous, et que lorsqu'il y a des manques on se doit de rembourser sa clientèle !

La pleutrerie, la lâcheté de vos prédécesseurs ne les ont pas aidés à conserver leur poste. Je vous invite donc à taper du poing sur la table vis à vis de cette entreprise qui a trop longtemps abusé du système en insultant ses clients et ses instances représentatives dont la région fait partie.

Très cordialement,

Philippe NOVIANT


Un article du journal 'Le Dauphiné Libéré' daté du 08 avril 2016

****************

Patrick Mignola Vice-président de la Région Auvergne - Rhône-Alpes délégué aux transports

Que pensez-vous de la suppression des trains et du manque de conducteurs ?

Le problème des conducteurs, c’est absolument ahurissant ! Et il se trouve que dans notre région Auvergne - Rhône-Alpes, ça s’ajoute à beaucoup de griefs qu’on pouvait faire à la SNCF parce que, même si notre région est la deuxième de France, elle n’est que la quinzième en termes de ponctualité des trains. On a un problème de vétusté des lignes parce que, pendant des années, SNCF Réseau n’a pas fait les investissements suffisants. Donc, il faut qu’on remette les pendules à l’heure ! Et j’ai demandé une chose simple, une indemnisation de la part de la SNCF, soit entre 15 à 20 millions d’euros, selon le mode de calcul [NDLR : les pénalités de 2014 étaient de 4 millions]. Je souhaite aussi que dans les futures conventions avec la SNCF, les pénalités soient supérieures, pas pour lui prendre de l’argent mais pour l’obliger à s’améliorer en termes de ponctualité.

Comprenez-vous néanmoins ce problème ?

Je ne comprends pas du tout ce problème, d’ailleurs pas plus que Guillaume Pépy, le président de la SNCF, qui a reconnu que c’était une erreur. Ce que je comprends mieux, c’est que la SNCF soit en difficulté pour organiser son service et améliorer la ponctualité parce que la majorité précédente du conseil régional, et c’est une erreur, a demandé toujours plus de trains sans se préoccuper ni de l’organisation, ni de l’état des infrastructures. Moi, je veux bien retravailler avec la SNCF pour repenser le calibrage de son service. En revanche, la question des conducteurs doit entraîner une indemnisation, ça va de soi.

Qu’envisagez-vous pour inverser cette tendance ?

Il faut d’abord établir une relation de confiance avec la SNCF. À la fin du mandat précédent, on était arrivé à une situation où la Région et la SNCF ne se parlaient plus qu’avec défiance. Moi, ce n’est pas mon cas. Je considère que la SNCF, c’est une belle maison. Je suis prêt à ce que la Région fasse des efforts, en particulier pour réajuster le service. Il vaut mieux parfois mettre moins de trains mais qui arrivent à l’heure, plutôt que d’en vouloir toujours plus mais qui arrivent toujours en retard. Mais il faut que la SNCF joue le jeu et que l’on soit dans un vrai contrat de performance, qu’elle organise mieux son service. Puis, dans les six ans, il faut un investissement historique sur le réseau parce que ça fait deux décennies qu’il n’y a pas eu assez d’argent mis dans les infrastructures. On va faire cet effort. Dans le Contrat de plan État - Région, 460 millions sont prévus pour améliorer les infrastructures. Je souhaite qu’on les maintienne et qu’à partir de là, la SNCF améliore sa performance.

Par Recueilli par J.-L.C. | Publié le 08/04/2016 à 06:00 Vu 68 fois

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost 0
Commenter cet article