Il faut mettre fin aux fonction du Docteur Giolitto

Publié le 14 Octobre 2013

GiolittoLors d'un reportage dans l'émission "Zone Interdite" diffusée sur M6 le 13 Octobre 2013, on y apprend qu'un certain Docteur Giolitto cumule les erreurs. Il a été à l'origine de la mort d'un garçon de 18 ans. Il a aussi retiré un rein sain à une femme.

L'article cité ici n'est pas le dernier en date, puisque l'ordre national des médecins est revenu sur cette décision en l'interdisant d'exercice pour deux ans seulement.

Il faut mettre fin aux agissements de ce Monsieur une fois pour toutes en le radiant à vie de l'ordre des médecins et radier, pour le même coup, ces juges complices de l'ordre national des médecins.

L'intérêt général commande, en effet, que ce Monsieur n'exerce plus et commande que l'ordre national soit implacable et indépendant vis à vis des actes honteux de ses praticiens.

*********************

Le Dr Giolitto désormais radié de l'ordre des médecins

Publié le vendredi 04 mai 2012 à 07H41 - Vu 1082 fois

REGION. Deux fois condamné par la cour d'appel de Reims, l'ex-chirurgien de la clinique des Bleuets est désormais exclu par ses pairs après une nouvelle grave erreur.

C'EST la sanction la plus lourde qu'il pouvait imposer. Le conseil régional de l'ordre des médecins d'Alsace vient en effet de radier le Dr Jean-Pierre Giolitto, ancien urologue à la clinique des Bleuets, pour avoir retiré par erreur un rein sain à une patiente lors d'une opération à la clinique Sainte-Anne, à Strasbourg, au mois de mars.

Marathon chirurgical
L'Agence régionale de santé l'avait dans un premier temps suspendu pour cinq mois, estimant que le praticien exposait ses patients à « un danger grave ». Le conseil de l'ordre a désormais tranché, même s'il reste encore 30 jours au médecin pour faire appel de cette décision. Il faut dire que de graves faits s'accumulent dans le sillage du Dr Giolitto, déjà condamné pour deux affaires d'erreurs médicales dramatiques à Reims.
Le 17 avril dernier, la cour d'appel de Reims est même allée au-delà des réquisitions de l'avocat général et condamné le praticien à 18 mois de prison avec sursis, 20 000 euros d'amende et cinq ans d'interdiction d'exercer la profession de chirurgien, se montrant ainsi plus sévère que les magistrats de première instance. Le Dr Giolitto, urologue à la clinique des Bleuets, ainsi qu'un chirurgien ardennais condamné à ses côtés, avait opéré une patiente sedanaise à quatorze reprises entre 1994 et 2003. L'homme se jugeait alors tout juste « responsable de simples imprudences » quand l'avocat général fustigeait une « incompétence inadmissible qui a abouti à la mutilation sexuelle d'une femme ».
Le 16 décembre 2011, le même chirurgien avait également été condamné en appel à 18 mois de prison avec sursis ainsi qu'à une interdiction d'exercer pendant un an, pour « homicide involontaire » cette fois. On lui reprochait d'avoir involontairement causé la mort du jeune Romain Gommenne, à Reims, le 22 août 2006, alors qu'il l'opérait d'une dilatation veineuse au testicule, une intervention jugée bénigne. Le Dr Giolitto a décidé de se pourvoir en cassation.
Âgé de 55 ans, le praticien était arrivé dans cette clinique strasbourgeoise en 2010. Le 13 mars dernier, il devait pratiquer une néphrectomie sur une patiente septuagénaire admise pour une tumeur.

J.G.-A. (avec AFP)

L'union l'Ardennais

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost 0
Commenter cet article