Je ne comprends pas la logique Anglaise

Publié le 4 Novembre 2013

2826be1dQu'on réfléchisse un peu : on se dit que les députés Anglais gagnent moins que d'autres professions. On ne peut pas les augmenter car, en temps de crise, ça ferait jaser. Les députés ne le veulent pas non plus. Soit, il suffit donc de réduire le salaire des autres...

Et bien non, la logique Anglaise est toute autre : elle force les députés à accepter une augmentation !

Décidément, je ne comprendrai jamais rien à la logique de nos voisin d'outre-manche...

Un article du journal 'Le Monde' daté du 13 Juillet 2013

******************

Les députés britanniques augmentés malgré eux

Pauvres députés britanniques... Détestés de l'opinion, qui a une très mauvaise image d'eux, vilipendés après le scandale de leurs notes de frais en 2009, les voilà en proie à un étrange paradoxe : jeudi 11 juillet, l'Autorité indépendante sur les normes parlementaires (IPSA) leur a proposé une augmentation de salaire de 9 %, à 74 000 livres par an (85 000 euros), dont ils ne veulent pas, mais qu'ils sont obligés d'accepter.

Cette situation ubuesque fait suite à l'" affaire des notes de frais ". A l'époque, le Daily Telegraph avait dévoilé qu'un élu s'était fait rembourser le nettoyage des douves de son château, un autre la taille des haies autour de son héliport, un troisième avait fait meubler sa maison à grand coût... Sans compter ceux - plus rares - qui avaient triché en fabriquant de toutes pièces de fausses factures.

Pour tourner la page, les députés avaient décidé de se dessaisir de leurs affaires financières et de les transférer à un organisme indépendant. C'est ainsi que l'IPSA est née. Jeudi, elle remettait son premier rapport.

Le problème est que ses recommandations sont une véritable bombe politique. Après un très sérieux travail de comparaison des salaires avec le reste de la fonction publique, l'organisme conclut que la rémunération des députés - 76 000 euros par an - a besoin d'être réévaluée. Les directeurs d'école et les dirigeants de la police sont par exemple mieux payés. L'IPSA souligne aussi qu'entre 1911 et 1980 les parlementaires gagnaient en moyenne 3,2 fois le salaire moyen britannique, un ratio qui est désormais tombé à 2,7. Pour faire bonne mesure, l'organisme recommande cependant une réduction de leurs très généreuses retraites et une baisse de quelques autres avantages financiers.

Anonymement, de nombreux députés de base partagent cette analyse. Beaucoup trouvent qu'ils travaillent énormément, avec une très forte pression, et qu'ils gagneraient probablement mieux leur vie dans le secteur privé.

" Incompréhensible "

Publiquement cependant, alors que les salaires des fonctionnaires ne vont progresser que de 1 % par an pendant les deux prochaines années, personne ne veut prendre le risque de défendre cette mesure. Une augmentation serait " incompréhensible " en ces temps d'austérité budgétaire, a estimé d'ailleurs Nick Clegg, le vice-premier ministre. " Ces propositions ne doivent pas voir le jour dans la conjoncture économique actuelle ", ajoute Ed Miliband, le chef de file des travaillistes.

Le problème est que l'IPSA ne donne pas le choix aux élus. Ses recommandations sont ouvertes à consultation jusqu'au 20 octobre, et peuvent encore être modifiées, mais, ensuite, l'organisme prend seul la décision finale. Les députés ne pourront pas refuser leur augmentation. Celle-ci prendra effet en 2015, l'année des prochaines élections législatives. Cela promet d'intéressantes conversations sur les pas-de-porte pendant la campagne électorale.

Eric Albert (Londres, correspondance)

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost 0
Commenter cet article