Les parents homosexuels ne font pas de mauvais parents

Publié le 8 Novembre 2012

mariage-gay-gateau-460-debat-1-.jpgLa crainte des opposants au mariage gay réside dans la crainte que les parents homosexuels fassent de mauvais parents et déséquilibrent la santé mentale de leurs enfants.

La grande majorité des études qui ont été faites sur le sujet dit clairement que ces craintes ne sont pas justifiées.

'Le Monde' a interrogé un certain nombre d'enfants de ces couples qui disent tous que cette particularité ne les a pas particulièrement gênés dans leur équilibre psychologique.

On peut donc autoriser le mariage gay car c'est un gage de tolérance de la société vis à vis d'une partie de ses concitoyens.

Un article du journal 'Le Monde' daté du 26 Septembre 2012

**********

Parents homos : ce qu'en disent les enfants
La majorité des enfants élevés par des couples de même sexe témoigne d'histoires sans problèmes

Pierre, 10 ans, a un papa et deux mamans. Il appelle maman " celle qui m'a fait naître ", et l'autre, maman-Sami, du nom du héros de Scooby-doo, son dessin animé préféré. Il ne voit que des avantages à cette situation. " J'ai une plus grande famille ", dit-il. Trois parents, cinq grands-parents, ça fait plus de monde pour s'occuper de lui. " Avec une seule maman, j'irais plus souvent à l'étude ", relève le petit garçon. Lyns, lui, a 7 ans. Il a deux papas, " un qui dit plus oui, et un qui dit plus non ". Quand ses copains lui demandent où est sa maman, il répond qu'elle est en Haïti, où il a été adopté.

" Et l'enfant dans tout cela ? " est la question la plus fréquemment posée dans le débat sur l'ouverture du mariage et de l'adoption aux homosexuels. Bien plus que l'union de deux adultes consentants devant le maire, c'est sa conséquence, à savoir la possibilité d'établir un lien de filiation entre un couple de même sexe et un enfant, qui fait débat. Les enfants élevés par des homosexuels iront-ils bien ?

Le Monde a posé la question à des personnes qui connaissent ou ont connu cette situation. Ils seraient aujourd'hui en France de 24 000 à 40 000, selon l'Institut national d'études démographiques. Pierre et Lyns, les deux plus jeunes, ont été contactés par le biais de l'Association des parents gays et lesbiens. Deux autres témoins ont déjà raconté leur histoire dans le livre de Taina Tervonen et Zabou Carrière, Fils de... (Trans photographic press, 2011, 25 €). Tous les autres ont été recontactés après avoir répondu à un appel à témoignages sur LeMonde.fr. Leur donner la parole ne signifie pas qu'ils ont valeur d'échantillon représentatif.

Seule une personne a fait part d'une expérience douloureuse. C'est Anne, 41 ans, styliste, de nationalité belge. Elle découvre l'homosexualité de son père à l'âge de 10 ans, quand ses parents divorcent. Il est très extraverti, drague ouvertement, raconte ses rencontres d'un soir, mais n'aborde jamais clairement son homosexualité. " Ça aurait été bien mieux qu'il m'en parle, au lieu de faire comme si tout était normal ", raconte Anne.

La jeune femme a l'impression que son père n'a pas été honnête envers sa famille. " Ma mère était amoureuse de lui, mais il l'a épousée uniquement pour avoir des enfants, analyse-t-elle. Elle a été une sorte de chose. Et nous, ses enfants, avons aussi été des sortes d'objets. J'ai le sentiment que je n'aurais pas dû être là, dans cette vie-là, pour lui. C'est toujours un poids. " Anne n'exclut pas que deux personnes du même sexe puissent être de bons parents pour un enfant adopté, " déjà là ". Mais elle n'approuve pas la procréation médicalement assistée pour les couples de lesbiennes (interdite en France mais autorisée en Belgique comme en Espagne), car elle y voit une " instrumentalisation " de l'enfant.

Clément, 27 ans, développeur Web, a justement été conçu comme cela : grâce à un donneur anonyme et un médecin de famille compréhensif. Il a deux mères depuis toujours. Elles lui ont tout expliqué quand il avait 8 ou 9 ans. Qu'elles s'aimaient, qu'elles avaient décidé de l'avoir, lui et ses deux frères, comment ça s'était passé. " On ne nous a jamais menti. Je sais bien que ma deuxième mère n'est pas ma mère biologique, mais c'est ma mère parce qu'elle m'a élevé ", explique Clément. Plus tard, elles lui ont proposé de passer du temps avec un de leurs amis, qui aurait pu jouer le rôle de figure paternelle. Son grand frère lui a suffi. Il ne s'est jamais intéressé au donneur.

Le jeune homme va très bien. " J'ai un boulot, une copine, un appart, résume-t-il. Grandir dans une famille comme ça, c'est positif, ça ouvre l'esprit. " Il admire ses mères : " Elles se sont battues pour nous avoir. "

" Positive " aussi, fut l'installation de la mère de Mélanie, 18 ans, avec une autre femme, quand la jeune fille avait 13 ans. " J'ai été très surprise, mais très heureuse qu'elle ait trouvé quelqu'un avec qui elle avait une relation plus satisfaisante qu'avec mon père ", dit-elle. Il était " rigide, fermé ". Avec sa " belle-mère ", Mélanie a retrouvé un cadre familial " serein, apaisant, équilibré ". Elle ne voit plus son père.

La figure de la deuxième mère, qui arrive dans la vie de la mère biologique après la séparation des parents, revient fréquemment dans ces récits. C'est toujours quelqu'un d'important. " Elle avait plus de temps à nous consacrer que ma mère, qui travaillait beaucoup, se souvient Ambre, 28 ans, élevée par les deux femmes dès ses 4 ans. Elle nous faisait faire nos devoirs, s'occupait de notre culture. "

" On discutait, elle m'aidait à me poser des questions, raconte Mark, 31 ans, dont la mère a vécu avec une femme entre ses 12 et 18 ans. J'ai toujours eu l'impression que mon père ne m'aimait pas, qu'il m'avait abandonné. Elle m'a aidé à surmonter cela. " Dans ces histoires, le père voit ses enfants un week-end sur deux, parfois moins.

Comme les autres, Mark dit n'avoir rencontré " aucun problème psychologique " spécifique. " Je me sens tout à fait équilibrée, sourit Ambre. Son Œdipe, on le fait quoi qu'il arrive ! " Ils n'ont pas peur de l'amour homosexuel, mais sont hétéros. Seule Mathilde, 16 ans, " ne sait pas trop encore " où elle va. Son père et sa mère, tous deux homosexuels, vivent sous le même toit avec leurs partenaires respectifs. " Ça me plaît, cette façon de vivre, dit-elle. Mais la sexualité de mes parents, ça les regarde, je ferai mon propre choix. "

Tous ont été confrontés plus ou moins frontalement à l'homophobie. Le schéma familial était le plus souvent tu à l'extérieur. " J'étais très réservée, dit Camille, 26 ans, élevée par deux femmes depuis qu'elle est bébé. Je n'aurais pas apprécié d'être vue comme différente. Cacher une partie de soi, c'est difficile. " Certains ont connu des épisodes pénibles. Ambre se souvient de son frère " mis en quarantaine " dans son école sans raison apparente. Clément, d'une camarade expliquant dans un exposé que les homosexuels allaient transmettre leur " maladie mentale " à leurs enfants s'ils étaient autorisés à adopter.

Ils se disent " choqués " quand ils entendent des propos rapprochant l'homosexualité de la polygamie ou de l'inceste, comme ceux tenus récemment par le cardinal de Lyon Philippe Barbarin. " C'est honteux ! Que l'Eglise lave son propre linge !, lance Mélanie. En plus, on parle du mariage civil, je ne vois pas ce que la religion vient faire là-dedans. " " Ces gens ne réalisent pas que la société change ", soupire Pablo, 30 ans, élevé par deux femmes depuis ses 4 ans.

La grande majorité attend le " mariage pour tous " avec impatience. De façon accessoire pour des raisons pratiques. " S'il était arrivé quelque chose à ma mère, j'aurais dû retourner vivre chez mon père, imagine Mark. Vu nos relations, ça n'aurait pas été simple. " Pablo sait que sa deuxième mère s'inquiète de l'absence de lien juridique entre eux, car elle aimerait transmettre ses biens aux enfants de sa compagne. L'adoption réglerait ces problèmes. Mais ces " enfants d'homos " espèrent surtout que la loi fera changer le regard de la société. " Comme ça, il sera reconnu que les homos sont égaux aux hétéros ", résume Mathilde.

Gaëlle Dupont

    Réunion interministérielle pour finaliser le projet de loi

    Les auditions conjointes de la ministre de la justice, Christiane Taubira, et de la ministre déléguée à la famille, Dominique Bertinotti, sur le projet d'ouverture du mariage et de l'adoption aux homosexuels s'achèvent mercredi 26 septembre. Une réunion interministérielle devait avoir lieu, mardi, en vue d'une présentation en conseil des ministres, le 31 octobre. Les divergences persistent entre Mmes Taubira et Bertinotti, notamment sur l'ouverture de la procréation médicalement assistée aux couples gays ou le statut des beaux-parents. Par ailleurs, une juge de Bayonne a accordé, le 21 septembre, l'autorité parentale croisée à deux femmes pacsées, chacune sur l'enfant de l'autre.

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost 0
Commenter cet article

CALLET 24/11/2012 13:51

Puisque vous êtes visiblement très intéressé par les témoignages (et vous avez raison, il faut donner la parole aux premiers concernés) voilà une série de témoignages provenant de personnes ayant
été adoptées: http://www.lesadoptes.org/category/temoignages/page/2/ Elles insistent notamment sur l'importance de l'altérité dans l'éducation et la nécessité d'avoir deux parents de sexe
différent. De fait, avec cette loi on s’aperçoit qu'il y aura discrimination entre les enfants puisque certains seront élevés par un couple de même sexe alors qu'ils ne le désiraient pas ! Comment
le justifier plus tard à cet enfant ?

"Le problème c'est que DES Français (et non pas LES) n'écoutent pas vos arguments mais d'abord leurs émotions et sentiments."
->Vous vous trompez lourdement car les Français favorables à ce projet de loi sont en général les moins formés sur la question, et ceux qui mettent en avant les sentiments ("puisqu'ils s'aiment
donnons leur les mêmes droits")

"Vous avez vu ce qu'il se passe à l'UMP actuellement ? ;) C'est ma meilleure justification ! J'ai toujours haï et détesté le FN et les yeux doux que lui fait et que lui a fait l'UMP ses derniers
temps me font bouillir. C'est aussi ma meilleure justification. Si j'avais soutenu Mme Bonneton dès le début, je ne me serais pas présenté aux législatives"

-> Quel est le rapport entre ce qui se passe à l'UMP actuellement et le FN? J'aimerai bien savoir puisque vous faites le lien !
Puis regardez ce qui se passe au gouvernement : conflit entre écolos et socialistes sur ND des Landes, revirements en séries sur le mariage homo, le droit de vote des étrangers et la politique
économique, c'est au moins autant le bazar qu'à l'UMP sauf que les conséquences sont plus graves !
Et le fait que ce gouvernement est été élu grâce aux voix des communistes et de l’extrême-gauche ne vous fait pas bouillir ?
Bref, un peu de mesure ne ferait pas de mal car la droite(comme la gauche)ont besoin de piquer quelques voix à leurs extrêmes respectifs pour être élus, alors pourquoi le reprocher seulement à la
droite ?

Philippe NOVIANT 24/11/2012 15:28



"Puisque vous êtes visiblement très intéressé par les témoignages (et vous avez raison, il faut donner la parole aux premiers concernés) voilà une série de témoignages provenant de personnes
ayant été adoptées: http://www.lesadoptes.org/category/temoignages/page/2/ Elles insistent notamment sur l'importance de l'altérité dans l'éducation et la nécessité d'avoir deux parents de sexe
différent. De fait, avec cette loi on s’aperçoit qu'il y aura discrimination entre les enfants puisque certains seront élevés par un couple de même sexe alors qu'ils ne le désiraient pas !
Comment le justifier plus tard à cet enfant ?"


Je suis désolé mais je ne vais pas me taper tous ces témoignages pour essayer de faire le lien avec vos dires. Je veux que vous me fournissiez la preuve qu'un enfant a été malheureux car il a été
adopté par un couple homoparental. Est-ce qu'il y a un témoignage sur ce fait ? Si oui, quel est-il ?


Parler discrimination entre deux couples en disant qu'un enfant est discriminé par rapport à un autre car il aura été élevé par une famille homoparental est tout simplement honteux, car vous
sous-entendez qu'il y a préjudice dans le dernier cas. Il est où le préjudice car à aucun moment vous n'avez montré ni démontré qu'un enfant de couple homoparental était malheureux de la
situation...au contraire de l'article que j'ai présenté. J'ai bien peur que vous soyez qu'un pauvre réac'.


"Vous vous trompez lourdement car les Français favorables à ce projet de loi sont en général les moins formés sur la question, et ceux qui mettent en avant les sentiments ("puisqu'ils s'aiment
donnons leur les mêmes droits")"


Vous dites "vous vous trompez" mais vous finissez par dire la même chose que moi en disant qu'ils mettent en avant les sentiments... Vous ne démontrez nullement le contraire de ce que j'avance.
Lisez-vous correctement ce que l'on vous écrit ou vous contentez-vous de vouloir répondre sans entendre vos interlocuteurs ?


"-> Quel est le rapport entre ce qui se passe à l'UMP actuellement et le FN? J'aimerai bien savoir puisque vous faites le lien !"


Vous voulez plaisanter j'espère ! Avez-vous écouter les propos récurrents de M. Sarkozy durant la campagne ? Avez-vous entendu les propos de M. Copé sur le fameux pain au chocolat ?


"Puis regardez ce qui se passe au gouvernement : conflit entre écolos et socialistes sur ND des Landes, revirements en séries sur le mariage homo, le droit de vote des étrangers et la politique
économique, c'est au moins autant le bazar qu'à l'UMP sauf que les conséquences sont plus graves !"


L'UMP (ou son représentant direct) a doublé le déficit budgétaire annuel entre 2007 et 2012, passant de 40MdsEuros à 80... Si ça, c'est pas grave, je ne vois pas ce qui est grave. En terme de
politique économique le PS ne fait que reprendre ce que l'UMP lui a laissé.


"Et le fait que ce gouvernement est été élu grâce aux voix des communistes et de l’extrême-gauche ne vous fait pas bouillir ?"


Bien sûr que si. Mais il y a une chose que l'extrême gauche n'a pas et que l'extrême droite a : l'intolérance. Je supporte donc moins les propos du FN que l'extrême gauche. Je ne supporte pas non
plus vos propos, ceci dit, car ils sont très clairement homophobes, sous-tendant qu'un couple homoparental n'est pas capable d'apporter le même cadre, le même bonheur à ses enfants. Cependant, je
ne suis pas dupe : le cas des enfants est la cause ouverte de vos propos. Mais si on disait que le mariage homo était légal et que l'adoption ne l'était pas, quelle serait votre position ?
Franchement, je veux dire ?


"Bref, un peu de mesure ne ferait pas de mal car la droite(comme la gauche)ont besoin de piquer quelques voix à leurs extrêmes respectifs pour être élus, alors pourquoi le reprocher seulement à
la droite ?"


Je viens de l'expliquer : à cause de l'intolérance, bien plus forte à droite qu'à gauche... Après, il y a une intolérance anti-riche à gauche, c'est vrai. Mais l'homophobie, l'anti-sémitisme, le
racisme est la marque affichée du FN, très clairement.



CALLET 22/11/2012 13:11

Bonjour,

"Votre étude ne répond pas à la question car elle prend en compte les parents qui ont eu des relations amoureuses homosexuelles. La notion de relation est floue car on ne sait pas combien de temps
dure cette relation. On peut partir d'un principe que l'on peut prendre en compte, dans cette étude, une famille avec un père et une mère qui ont eu, l'un ou l'autre, une relation homosexuelle. On
a donc une étude qui prend en compte une infidélité alors que le débat actuel parle de mariage. Bref, on est joliment hors-sujet. Mais il est vrai que toutes les études sont bonnes quand il s'agit
de démontrer ses dires..."
-> Une étude me semble malgré tout plus précise et complète que de vagues "comptes-rendus journalistes"

"Je le dis et le redis : l'interview, ce n'est pas moi qui l'ai faite. Les bouquins cités ce n'est pas moi qui les ai écrits. Quand au 63%, là encore vous êtes hors sujet : je dit que les enfants
adoptés par un couple homo ne sont pas malheureux. Vous dites que 63% des personnes adoptées disent qu'il faut un père et une mère : les deux faits n'ont rien en commun. Comme d'habitude, vous
transformez la réalité pour coller à vos préceptes."
-> Vous faites exprès de répondre à coté ou pas ? Je le redis : les enfants adoptés préfèrent grandir dans un couple composé d'un homme et d'une femme que dans un couple homoparental, maintenant
si vous ne voulez pas le comprendre c'est un peu dommage et individualiste vis-à-vis des enfants en question...

"Vous vous laissez aveugler par vos préceptes pour transformer tous les écrits et tous les dires qui pourraient aller dans votre sens. "
-> De quels préceptes parlez-vous ?

"Libre à vous de penser ce que vous voulez"
-> Merci de m'avoir donné la permission, c'est très sympathique de votre part mais je ne l'avais pas attendu à vrai dire !

"Cependant, si vous voulez convaincre, la mauvaise foi est une très mauvaise arme."
-> En tout cas les Français sont de + en + sensibles à nos arguments, reste donc à voir où se situe la mauvaise foi...

Sur ce bonne continuation et bon courage quant le moment viendra de justifier votre soutien à Mme Bonneton !(dsl du hs)

Philippe NOVIANT 22/11/2012 19:38



"-> Une étude me semble malgré tout plus précise et complète que de vagues "comptes-rendus journalistes""


Vagues compte-rendus journalistiques ? Un article complet avec 3 interview et des reprises d'un bouquin ? Les journalistes du journal 'Le Monde' apprécieront... En tout cas, je préfère largement
cet article avec une simili-étude qui répond carrément à côté de la plaque par rapport au débat actuel.


"-> Vous faites exprès de répondre à coté ou pas ? Je le redis : les enfants adoptés préfèrent grandir dans un couple composé d'un homme et d'une femme que dans un couple homoparental,
maintenant si vous ne voulez pas le comprendre c'est un peu dommage et individualiste vis-à-vis des enfants en question..."


Je ne réponds nullement à côté : je dis que les études ce n'est pas moi qui les ai faites mais que je ne fais que les commenter. Vos dires ne sont aucunement en rapport avec le débat et vos
conclusions sont fausses ! L'étude dit que les enfants préfèrent grandir dans un couple dont l'un des deux "parents" n'a pas eu d'expérience homo-sexuelle. C'est ça que dit l'article et rien
d'autre. Il ne dit aucunement que les enfants préfèrent grandir dans un couple homme-femme par rapport à une famille homoparentale. Vos sentiments, vos émotions et ce que vous pensez être la
norme vous fait mettre des oeillères et tirer des conclusions inexactes.


"-> De quels préceptes parlez-vous ?"


Des préceptes selon lesquels le couple homme-femme est meilleur, pour le bonheur des enfants, que le couple homoparental.


"-> Merci de m'avoir donné la permission, c'est très sympathique de votre part mais je ne l'avais pas attendu à vrai dire !"


Tant mieux.


"-> En tout cas les Français sont de + en + sensibles à nos arguments, reste donc à voir où se situe la mauvaise foi..."


Le problème c'est que DES Français (et non pas LES) n'écoutent pas vos arguments mais d'abord leurs émotions et sentiments. Ils préfèrent peut être les couples mixtes aux couples homoparentaux,
soit... Pour moi, l'intérêt suprême de l'enfant est d'être heureux. Votre article ne prouve pas le contraire car il répond à une autre question. Mon article démontre que les enfants issus de
couples homoparentaux sont heureux.


Dès lors, je suis pour la mesure. Quand vous me fournirez un article qui répond à la question et qui prouve que des enfants issus de couples homoparentaux sont plus malheureux que les autres, je
changerai d'avis.


"Sur ce bonne continuation et bon courage quant le moment viendra de justifier votre soutien à Mme Bonneton !(dsl du hs)"


Vous avez vu ce qu'il se passe à l'UMP actuellement ? ;) C'est ma meilleure justification ! J'ai toujours haï et détesté le FN et les yeux doux que lui fait et que lui a fait l'UMP ses derniers
temps me font bouillir. C'est aussi ma meilleure justification. Si j'avais soutenu Mme Bonneton dès le début, je ne me serais pas présenté aux législatives : CQFD.



CALLET 21/11/2012 13:08

Sachez "cher Monsieur" que je suis très calme.

Quant à l’intérêt de l'enfant et à vos allégations concernant les conséquences engendrées par une éducation homoparentale, je vous laisse consulter cette étude qui contredit fermement vos
impressions :http://www.alliancevita.org/2012/06/letude-de-mark-regnerus-us-sur-les-enfants-ayant-eu-un-parent-homosexuel/

-> Bien sur que 2 personnes de même sexe peuvent s'aimer, cependant un enfant a besoin d'un père et d'une mère pour s'épanouir et c'est là l'essentiel dans ce débat. Je vous laisse également
consulter ce site crée par des personnes adoptées : http://www.lesadoptes.org/association/. Cette association insiste sur la nécessité de ne pas toucher à la filiation et à la définition du mariage
en s'appuyant notamment sur un sondage ( IFOP) selon lequel 63 % des personnes adoptées affirment qu'il faut un père et une mère pour les enfants. Or je crois justement que vous disiez précédemment
l'inverse. Vous le voyez donc bien, l'opposition à ce projet de loi est diverse et rassemble de nombreuses personnes qui ont le droit de s'exprimer et d'avancer des arguments tout à fait
convaincants.
->Voir également : http://www.lamanifpourtous.fr/

Cordialement.

Philippe NOVIANT 21/11/2012 21:12



Bonjour,


Mes réponses dans le texte.


"Sachez "cher Monsieur" que je suis très calme."



Tant mieux. Vu le ton que vous avez employé, je craignais le contraire.



"Quant à l’intérêt de l'enfant et à vos allégations concernant les conséquences engendrées par une éducation homoparentale, je vous laisse consulter cette étude qui contredit fermement vos
impressions :http://www.alliancevita.org/2012/06/letude-de-mark-regnerus-us-sur-les-enfants-ayant-eu-un-parent-homosexuel/"



Ce ne sont ni mes allégations, ni mes impressions.


Ce sont des commentaires basés sur un compte rendu journaliste étayé et sérieux.


Votre étude ne répond pas à la question car elle prend en compte les parents qui ont eu des relations amoureuses homosexuelles. La notion de relation est floue car on ne sait pas combien de temps
dure cette relation. On peut partir d'un principe que l'on peut prendre en compte, dans cette étude, une famille avec un père et une mère qui ont eu, l'un ou l'autre, une relation homosexuelle.
On a donc une étude qui prend en compte une infidélité alors que le débat actuel parle de mariage. Bref, on est joliment hors-sujet. Mais il est vrai que toutes les études sont bonnes quand il
s'agit de démontrer ses dires...



"-> Bien sur que 2 personnes de même sexe peuvent s'aimer, cependant un enfant a besoin d'un père et d'une mère pour s'épanouir et c'est là l'essentiel dans ce débat. Je vous laisse également
consulter ce site crée par des personnes adoptées : http://www.lesadoptes.org/association/. Cette association insiste sur la nécessité de ne pas toucher à la filiation et à la définition du
mariage en s'appuyant notamment sur un sondage ( IFOP) selon lequel 63 % des personnes adoptées affirment qu'il faut un père et une mère pour les enfants. Or je crois justement que vous disiez
précédemment l'inverse."


Je le dis et le redis : l'interview, ce n'est pas moi qui l'ai faite. Les bouquins cités ce n'est pas moi qui les ai écrits. Quand au 63%, là encore vous êtes hors sujet : je dit que les enfants
adoptés par un couple homo ne sont pas malheureux. Vous dites que 63% des personnes adoptées disent qu'il faut un père et une mère : les deux faits n'ont rien en commun. Comme d'habitude, vous
transformez la réalité pour coller à vos préceptes.


"Vous le voyez donc bien, l'opposition à ce projet de loi est diverse et rassemble de nombreuses personnes qui ont le droit de s'exprimer et d'avancer des arguments tout à fait convaincants.
->Voir également : http://www.lamanifpourtous.fr/"


Mais bien sûr que tout le monde a le droit de s'exprimer ! Et tout le monde a même le droit d'user de mauvaise foi pour ce faire, comme vous par exemple... Vous vous laissez aveugler par vos
préceptes pour transformer tous les écrits et tous les dires qui pourraient aller dans votre sens. Libre à vous de penser ce que vous voulez. Cependant, si vous voulez convaincre, la mauvaise foi
est une très mauvaise arme.


Bonne soirée.


  Phlippe.



CALLET 20/11/2012 20:40

Non, non et non au mariage homo ! Arrêtez votre propagande et posez vous la seule question qui vaille : quel est l’intérêt de l'enfant dans tout ça ? Il ne s'agit pas de prendre position pour être
dans l'air du temps et être à la mode, il faut mesurer toutes les conséquences d'un tel projet !

France, tu perds la raison, tu n'est plus qu'un mouton !

Philippe NOVIANT 20/11/2012 21:07



Bon, on se calme mon cher Monsieur ! On respire un grand coup et on répond aux questions.


L'intérêt de l'enfant ? C'est d'être aimé par deux parents qui l'aiment et qui l'ont désiré. L'article montre que les enfants des couples homos sont heureux. Je ne suis pas enfant de couple homo,
mais d'autres le sont et leur témoignage montre qu'ils sont heureux. Donc, je ne vois pas en quoi j'aurais le droit de prêcher contre les faits.


Je mesure que nulle société n'a jamais coulé par abus de tolérance. La tolérance a toujours fait grandir la société, quelle qu'elle soit, l'intolérance a toujours fait le contraire.


Je suis pour que les gens, quels que soient leur préférence sexuelle, soient heureux. S'ils sont heureux en se mariant et qu'ils font des enfants heureux, je ne vois pas en quoi on leur
refuserait le mariage qui offre une protection sociale indéniable.


Cordialement,


  Philippe NOVIANT