Quand ça pue dans le Var...

Publié le 24 Février 2015

fn-dessinDans le Var, ça commence à puer sévère ! Le Front National, avec ses flots de mensonges, de racisme, de pratiques nauséabondes, est en train de s'acheter une nouvelle image. Mais il ne suffit pas de mettre un coup de peinture sur un taudis pour en faire une villa de luxe !

Le Front National, rappelons-le, est un parti d'extrême droite raciste et xénophobe ! Marine Le Pen, sous couvert de respectabilité, est en train de se lancer dans la plus grosse campagne de mensonge politique sous la Ve République.

En voulant faire croire que l'immigration est la cause de tous nos problèmes, en voulant faire croire que la sortie de l'Euro nous sortirait de l'ornière économique dans laquelle nous sommes engagés, en voulant nous faire croire que le Front conduirait une politique économique fiable et responsable, le Front National nous ment effrontément et le pire, c'est qu'il y a des gens suffisamment stupides pour y croire !

Les citoyens du Var ne doivent pas se laisser embobiner par un discours haineux et mensonger. Le Front National n'a rien à faire dans notre paysage politique. L'ère politique doit appartenir à la société civile, pas à une bande de malfrats racistes, incompétents et xénophobes !

Un article du journal 'Le Monde' daté du 29 Novembre 2014

**************

Le Var, élève modèle du " nouveau FN "
A la veille du congrès du parti d'extrême droite, sa première fédération nourrit de grandes ambitions

Ala soirée " beaujolais nouveau " du Front national du Var, le 20  novembre, le sujet brûle toutes les lèvres. Dans cette salle des quartiers est de Toulon, au-dessus du buffet campagnard, les militants ne cachent pas leurs espoirs pour les départementales de mars  2015. " Etant le seul conseiller général sortant, j'ai été assailli de questions, raconte Laurent Lopez, élu de Brignoles. Les nôtres sont impatients d'aller au charbon. "

" Il y a quelques semaines, même David Rachline - maire FN de Fréjus et sénateur du Var - en doutait. Mais aujourd'hui, il est d'accord : on peut taper dix cantons, et pourquoi pas, créer une grande surprise ! ", assure l'ambitieux secrétaire départemental, Frédéric Boccaletti. Lui-même devrait s'aligner à Six-Fours, où, en  2011, 500 voix (sur 11 455 suffrages exprimés) le séparaient du vainqueur UMP.

Dans le Var, les derniers scrutins ont apporté au FN un conseiller général (lors de la partielle de Brignoles), trois maires, 175 conseillers municipaux, et, conséquence directe, un sénateur en septembre, David Rachline. En mars  2015, le parti de Marine Le Pen sera présent dans les 23 cantons redécoupés du département. " Cela a été beaucoup plus simple de trouver des candidats que pour les élections précédentes, poursuit M. Boccaletti. Et pourtant, il en fallait le double : 46  titulaires et 46  suppléants. J'ai eu une centaine de candidatures, dont beaucoup de femmes. Cela a permis à la commission d'investiture nationale de faire des choix. Et certains ont été difficiles. "
" Nouveau vivier "

Avant les municipales, le FN varois avait déjà écarté certains de ses représentants habituels pour de nouveaux venus. " A l'époque, il y a eu un vrai casting, reconnaît M. Boccaletti. Ce n'était pas une question d'âge, mais d'attitude, de discours et de valeurs. J'avais peur qu'on réédite les errements du passé, qu'un candidat pas à la hauteur gagne et soit mis sous tutelle six mois après… J'ai des comptes à rendre à la présidente. "

Les binômes des cantonales seront officiels le 20  décembre. " 90  % d'entre eux sortent du nouveau vivier des conseillers municipaux FN. " Moyenne d'âge ? " Autour de 40 ans. " A la veille du congrès, le secrétaire fédéral refuse d'en dire plus. " Certaines candidatures vont surprendre, savoure-t-il. Des gens, dont même l'entourage ne connaît pas l'attachement au FN. Et d'autres nouveaux seront mis en avant aux régionales. "

En mars, le Front n'alignera pas toutes ses têtes d'affiche locales. Le sénateur et maire de Fréjus, David Rachline, presque 27 ans, a d'autres fonctions. Marc-Etienne Lansade, maire de Cogolin, préférerait se concentrer sur sa ville et sa vice-présidence de la communauté de communes du Golfe de Saint-Tropez. Restent Philippe de La Grange, maire du Luc, et, bien sûr, Laurent Lopez, conseiller général très médiatisé lors de sa victoire d'octobre  2013. " Je suis candidat à l'investiture, précise ce dernier. Mais je ne vois pas la commission désigner quelqu'un d'autre. " En  2012, le FN lui avait demandé de quitter la circonscription de Six-Fours où il militait, pour se présenter dans le Centre-Var. " Cette fois, promet le secrétaire fédéral, je n'ai pas eu à faire partir un candidat sur un canton où il n'est pas déjà implanté politiquement. "
" Un flot continu " d'adhérents

Avec 4 196  adhérents au recensement interne de novembre, le FN du Var se revendique première fédération du pays. " Dans mon canton, c'est un flot continu, affirme M.  Lopez. Des couples, des familles, des chefs d'entreprise, beaucoup d'artisans et de commerçants étranglés par la situation économique. Il y a de nouvelles têtes à côté des vieux militants. " " Voir un sénateur de 26 ans et une députée comme Marion Maréchal-Le Pen, forcément, ça attire les jeunes vers le FN ", jauge M.  Boccaletti.

" Il y a une poussée de professions libérales, complète la fédération. Médecins, avocats, huissiers… Des personnes qu'on touchait dans les années 1990 quand le Front a pris Toulon, et qui reviennent. " " J'ai eu ce sentiment lors des municipales, témoigne Marc Desgorces, conseiller municipal et communautaire toulonnais. Mais j'en attendrais la confirmation lors des départementales. " Candidat à l'investiture dans la capitale du Var, où le contre-amiral Waquet ne s'aligne pas, cet ancien DRH dans la presse nationale tempère l'emballement de ses cadets : " Le parti doit encore se positionner en termes de structure et de maillage. Aux départementales, la composante locale est importante, avec une prime aux sortants. "

La montée des cotisations offre des moyens à la fédération du Var, qui récupère une partie des 50  euros annuels. Depuis un an et demi, elle s'est installée, bien en vue, sur le principal boulevard de Toulon, à deux pas du Théâtre Liberté des frères Berling et des anciens bureaux de Mourad Boudjellal, le président du Rugby club toulonnais, pourfendeurs réguliers de l'extrême droite. Elle a lancé un journal bimestriel, la chaîne Internet FNV-TV, ouvert des permanences à Brignoles, Fréjus, Six-Fours et bientôt Hyères. " Je récompense les dynamiques locales, note M. Boccaletti. C'est important que les gens se sentent reconnus, car, chez nous, il n'y a que des bénévoles. "

Le Front sait toutefois professionnaliser certains de ses cadres. Comme Damien Guttierez, 33 ans, probable candidat à La Seyne-sur-Mer  -  Nord, qui dirige le cabinet du maire du Luc. Ancien de l'UMP et du MoDem, ce trentenaire symbolise ces transfuges de droite rabattus vers le Rassemblement Bleu Marine varois par son secrétaire fédéral, au grand dam des figures historiques. Lui, y voit " une reconstitution du RPR des années 1990 ".M.  Guttierez recevra le " kit départemental " préparé par la fédération. Une série de tracts mélangeant thèmes nationaux et locaux. " Avant, les cantonales étaient des élections de notable. En  2015, elles seront extrêmement politisées ", prédit M.  Boccaletti.

Gilles Rof

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost 0
Commenter cet article