Quand Depardieu loue un état démocratique

Publié le 14 Mars 2013

russie-moscou-cathedrale-basileD'après Depardieu la Russie serait donc démocratique : première nouvelle !

On va donc rappeler quelques faits :

- Sur 176 pays, l'indice de corruption international réalisé par Transparency International place la France en 23e position et la Russie en... 145e position...
- La Russie a un unique système politique : bien que la constitution Russe prévoit qu'un président ne peut obtenir 2 mandats consécutifs, Medvedev et Poutine alternent les postes de premier ministre et de président afin de contourner cette disposition constitutionnelle.
- Bon nombre de meurtres d'opposants n'ont toujours pas été résolus, comme celui de Anna Politkovskaïa.
- Mikhaïl Khodorkovski patron de Ioukos, entreprise florissante, a été spolié de ses biens et emprisonné car il représentait une menace politique trop importante. L'entreprise a été nationalisée sans coup férir.
- Les pussy riots ont été condamnées à deux ans de détention en camp pour avoir chanté des propos peu amènes vis à vis du pouvoir dans une église

Bref, la Russie est tout, sauf un état démocratique.

Par contre, c'est un Etat ouvertement alcoolique où les chiffres sont terribles puisque un habitant mâle sur cinq décède d'une consommation excessive d'alcool.

Donc, vis à vis des alcooliques, la Russie est effectivement un état démocratique.

Un article du journal 'Le Monde' daté du 5 Janvier 2013

***********

Depardieu, chantre de la " démocratie " russe et des satrapes orientaux

Les médias, les responsables politiques, les réseaux sociaux n'en finissent plus de faire des gorges chaudes sur l'attribution par le Kremlin de la nationalité russe à l'acteur français Gérard Depardieu, en quête d'un exil fiscal. Jeudi 3 janvier, l'Obélix du cinéma hexagonal a été fait citoyen russe à sa demande et sur oukase spécial du président Vladimir Poutine.

" Si Gérard souhaite vraiment obtenir un titre de séjour ou un passeport russe, la réponse est positive ", avait proposé M. Poutine, le 20 décembre 2012. De source russe, l'acteur aurait saisi la proposition au vol, déposant sa demande à l'ambassade de Russie à Paris. Le Kremlin a fait diligence en hommage à la contribution de l'acteur " à la culture nationale et au cinéma ", a expliqué Dmitri Peskov, le porte-parole de la présidence. Apparemment, son interprétation récente du personnage de Raspoutine, le moine damné de la dernière tsarine, dans un film tourné en Russie en 2011, a beaucoup plu en haut lieu.

Gérard Depardieu, 64 ans, ne tarit pas d'éloges sur sa nouvelle patrie. Pas sûr qu'il s'installe à Moscou, " une mégapole trop grande " pour lui, mais peut être ira-t-il " au bord des forêts de bouleaux " car il s'y " sent bien ". Le président François Hollande est au courant : " Il sait que j'aime beaucoup votre président Vladimir Poutine et que c'est réciproque. Et je lui ai dit que la Russie était une grande démocratie, et que ce n'était pas un pays où un premier ministre traitait un citoyen de minable ", écrit l'acteur qui conclut par " Gloire à la Russie " et " Merci ! " une lettre adressée aux journalistes russes et diffusée par la télévision publique Pervy Kanal.

" Un alcoolique de plus "

La star du cinéma français est attendue de pied ferme par le chef tchétchène Ramzan Kadyrov qui s'est empressé de lui proposer une résidence à Grozny. Les deux hommes se fréquentent. Gérard Depardieu comptait parmi les célébrités (Jean Claude Van Damme, Ornella Muti) venues souffler les 36 bougies du satrape dans la capitale tchétchène le 5 octobre 2012. Au micro, il se fendit d'un " Gloire à la Tchétchénie ! Gloire à M... Kadyrov ", qui lui valut aussitôt les faveurs du maître.

Un peu plus tard, ce même automne, on le retrouvera à Tachkent, en Ouzbékistan, pour l'enregistrement d'une chanson langoureuse en duo avec " Googoosha ", la fille du président Islam Karimov, maître d'un pays réputé pour ses lieux de détentions où les prisonniers peu enclins aux aveux sont ébouillantés.

A Moscou, le passeport russe de Gérard Depardieu a enflammé les esprits. Le vice-premier ministre Dmitri Rogozine s'attend pour sa part à une " émigration massive des riches européens vers la Russie " dès lors qu'ils apprendront combien le taux d'imposition sur le revenu est faible (13 % pour tous les foyers).

L'opposant Edouard Limonov compte sur la participation de l'acteur à la prochaine manifestation interdite du 31 janvier 2013. Ne pourrait-il pas jouer les Danton dans le cadre de la révolution à venir ? En revanche, le cinéaste national-patriote Stanislav Govoroukhine, soutien officiel de Vladimir Poutine pendant la campagne présidentielle de 2012, ne s'est pas réjoui : " Ça fait un alcoolique de plus ! ", a-t-il expliqué sur les ondes de la radio Rousskaïa sloujba novosteï.

Marie Jégo (Moscou, correspondante)

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost 0
Commenter cet article