Quand Leclerc donne des leçons...mais se moque de la Loi

Publié le 16 Juin 2014

leclerc.jpgOn voit souvent Leclerc donner de belles leçons de morale à tous ses concurrents. Ceux-ci se feraient du fric au détriment de l'intérêt général, mais Leclerc serait le seul à afficher des prix suffisamment bas pour préserver l'intérêt suprême du consommateur.

Leclerc joue donc les chevaliers blancs endossant son beau costume et distribuant les denrées, les faisant payer uniquement dans un but de ne pas perdre d'argent.

La vérité est toute autre : Leclerc est une entreprise dont le but est de gagner de l'argent, certes. Cependant, elle abuse de l'intérêt général en employant des moyens pas très légaux et en abusant très clairement des dispositions liées à l'insertion.

Pas joli, joli, M. Leclerc, votre comportement !

Un article du journal 'Le Monde' daté du 16 Octobre 2013

***************

A Auxerre, le Leclerc Drive emploie des chômeurs aux frais de Pôle emploi
Les six semaines de formation des préparateurs de commandes sont abusives, selon la CGT

Dans le cadre de l'ouverture de notre entrepôt Drive, nous recherchons 15 préparateurs/préparatrices de commandes en CDI. Formation en interne de quinze jours en amont de la prise de poste. " Sur le papier, l'annonce du Leclerc d'Auxerre, publiée fin juillet, était alléchante, surtout à une époque où les contrats à durée indéterminée se font rares. Mais derrière cette annonce se cachait une réalité bien moins reluisante, selon le témoignage d'un des embauchés, début octobre sur Rue89, qui a démissionné après seulement sept jours de travail pour l'enseigne.

L'annonce ne précisait en effet pas que la période de formation, en réalité de six semaines, ne serait absolument pas rémunérée, les chômeurs continuant à être indemnisés par Pôle emploi. Une formation qui " ne prendra en réalité que quelques heures ", assure le chômeur sous le pseudonyme de Grégory Roumier. " En un quart d'heure, tout est expliqué. Une heure plus tard, muni de ma "scannette", je prépare déjà seul mes commandes. Tout aussi rapidement, je suis formé à la livraison clients ", assure-t-il, dénonçant " une prétendue formation qui est en réalité une période d'essai, financée par Pôle emploi ".

En plus d'indemniser les chômeurs, l'organisme a versé 2 euros à Leclerc pour chaque heure de formation des salariés finalement embauchés, soit en tout 6 720 euros d'aides publiques. De quoi garantir des recrutements à bon compte pour Leclerc Drive d'Auxerre, qui n'a pas répondu aux questions du Monde.

Sur les 25 chômeurs sélectionnés en même temps que M. Roumier, 16 seulement ont signé un CDI mi-septembre à l'issue des six semaines d'action de formation préalable au recrutement (AFPR) - nom de ce dispositif destiné " à combler l'écart entre les compétences que vous détenez et celles que requiert l'emploi que vous visez ", selon le site de Pôle emploi.

" Normalement, ce dispositif est fait pour les employeurs qui ont du mal à embaucher sur certains postes. Une formation de six semaines pour un poste de préparateur de commandes, c'est vraiment n'importe quoi ", tonne Fabienne Germain, déléguée syndicale CGT dans l'agence d'Auxerre, qui dit avoir refusé d'orienter les chômeurs vers Leclerc dans de telles conditions. " Mais les collègues disent qu'ils n'ont pas le choix, très peu réagissent face à ces pratiques. "

Le directeur de l'agence se dit, lui, " satisfait " de ces recrutements. " La moitié des seize chômeurs recrutés étaient des chômeurs de longue durée et 60 % ne sont pas qualifiés. Leclerc n'aurait peut-être pas pris le risque d'aller sur ce type de profils si on ne lui avait pas proposé l'AFPR ", estime Michel Descloux.

Comment explique-t-il que Leclerc ait finalement planifié six semaines de formation alors que l'annonce initiale parlait de deux ? " On a dû se rendre compte que quinze jours n'étaient pas suffisants. Il y a des techniques et des procédures très particulières sur la prise et le suivi des commandes. Pour des gens de petit niveau de qualification, deux heures ne suffisent pas. Peut-être que le chômeur qui s'est plaint avait de meilleures facultés, mais tout le monde est sur la même ligne au départ ", défend-il. Même tonalité à la CFDT. " 6 720 euros c'est finalement pas grand-chose si l'on considère l'économie faite par Pôle emploi sur l'indemnisation des chômeurs qui ont été embauchés en CDI. Deux des embauchés sont même venus remercier leur conseiller vendredi ", assure Pascal Dubois, délégué CFDT Bourgogne.

Après avoir quitté sa formation sans avoir prévenu personne et sans avoir signé de contrat, M. Roumier dit n'avoir été contacté ni par Pôle emploi ni par Leclerc. " Les contrats se signent au moment de l'embauche ", explique la direction de l'organisme pour justifier ce raté. Et d'avancer que, malgré les plaintes de M. Roumier, Pôle emploi n'a aucun mal à trouver des chômeurs prêts à aller travailler gratuitement pendant six semaines dans l'espoir d'une embauche.

Mi-septembre, à l'issue de la première vague d'AFPR, 16 nouveaux chômeurs ont à leur tour été sélectionnés pour bénéficier du dispositif pour six semaines. Au même moment, le Leclerc Drive a recruté quatre jeunes en emploi d'avenir, dont le salaire est financé à 35 % par l'Etat pendant trois ans. Ce qui démontre décidément une très bonne connaissance des politiques de l'emploi de la part de la direction de ce supermarché.

Jean-Baptiste Chastand

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost 0
Commenter cet article