Et si tout commençait aujourd'hui ?

Publié le 1 Juin 2012

img_2082.jpgVoici mon premier tract d'engagement réel dans la vie politique. Il a deux ans. Depuis, Corinne Lepage et Jacqueline Joannon, m'ont mis le pied à l'étrier et je les en remercie grandement. En attendant, bonne lecture.

 

"Cher Monsieur Vallini, je trouve particulièrement curieuse la situation que je vais vous exposer dans ces lignes. Je me pose des questions : elles concernent le fait que de nombreux automobilistes ont perdu, ces derniers temps, leurs points de permis de conduire suite à l'installation des radars automatiques. Des avocats profitent de cette situation dans la mesure où ils facturent très cher à leur client le fait de pouvoir récupérer ces points près les Tribunaux Administratifs. En effet, ils utilisent le fait que l'Etat, par manque de moyens, ne notifie pas la suppression de points aux contrevenants par lettre recommandée avec accusé de réception. Ainsi, sur un simple vice de forme, ces avocats font récupérer l'intégralité de leurs points à des automobilistes fautifs. Est-il bien normal que les automobilistes les plus riches, ceux étant à même de payer 4000Euros pour un dossier, soient ceux qui peuvent se permettre de commettre les infractions sur les routes ? Est-il bien normal qu'un ouvrier en retard au boulot le matin se voit retirer son permis sans aucun recours possible par manques de moyens ? Est-il bien normal que l'Etat, en voulant réaliser des économies de bout de chandelle incite à une telle inégalité ? Est-il bien normal que l'Etat viole par elle-même une procédure pénale que ses législateurs, dont vous faites partie M. le Député, ont instauré ? Je pense que non. Je vous saurais donc gré de bien vouloir soulever cette question et de faire le nécessaire afin que l'Etat fasse correctement son travail, c'est à dire, envoyer les avis en recommandé avec accusé de réception, afin que les plus riches de non concitoyens ne se croient plus tout permis sur les routes sous prétexte qu'ils ont les moyens de se payer une bonne défense. Je compte donc sur votre action en tant que Député de la neuvième circonscription de l'Isère afin de défendre l'intérêt général lié à cette question afin de rétablir l'égalité devant tous les citoyens devant la loi. Très cordialement, Philippe NOVIANT".


Aaaaahhhh ! J'étais fier de moi en ce jour de 2006 ! J'avais bien bossé ! J'avais pris ma plus belle plume et essayé d'utiliser ma plus belle prose pour défendre les intérêts de mes concitoyens ! J'avais donc envoyé une belle lettre à M. Vallini, qui a fait partie de l'enquête parlementaire liée au drame d'Outreau. Comme il avait fait du bon boulot dans ce dossier, la présente demande était une formalité : d'ici deux mois, j'aurais reçu réponse et sous six mois, l'Etat faisait correctement son boulot et l'égalité des citoyens devant la loi était respectée. Bref, ce devait être une formalité.
J'ai donc attendu une réponse de mon député : 15j, 30j, rien... 3 mois, 6 mois : rien. J'envoie une lettre de rappel : une lettre type me dit qu'on a reçu ma réponse. Quelles sont les actions engagées ? Pas de réponse. Je téléphone à la permanence, là, on me dit que M. Vallini ne reçoit jamais les contribuables (sic!) : "Vous comprenez, il a beaucoup de travail, il est aussi Président du conseil général de l'Isère !"


Et si c'était ça le problème ? M. Vallini est le président de département ET député de la neuvième circonscription de l'Isère. Moi, stupidement, je croyais que le boulot de député était un boulot à plein temps. A 10000 Euros le job, par mois, la moindre des choses serait d'exercer ce job à pleins temps non ? Et bien non justement. M. Vallini fait des heures sup. "Travailler plus, pour gagner plus" est la devise de notre député, tout en oubliant un peu joyeusement que je fais partie des contribuables qui mettent la main à la poche pour payer son salaire à la fin du mois.


Un collègue de boulot qui habite Bernin me faisait remarquer : "Qu'est-ce qu'on peut voir Vallini dans son papelard qu'on reçoit dans les boites aux lettres sur le département !". Je lui ai répondu : "M'en parle pas ! Le problème c'est que ce Monsieur est aussi notre député, et que de ce point de vue là, il est d'une absence totale !".


Bref, je l'ai un peu sévère. En tant que simple citoyen, je faisais confiance à mon député de circonscription pour défendre l'intérêt général, et l'intérêt général a fait pschit. Que faire alors ? Attendre 2012 pour voir arriver un Fabien de San Nicolas, toutou de Sarkozy en puissance qui fasse tout autant le beau ? Attendre ? Attendre qui ? Attendre quoi ? Quel politicard local ou parachuté, faisant partie du même sérail que les autres serait à même l'intérêt des citoyens de la neuvième ?


Qu'à cela ne tienne, je tente ma chance ! Aucune chance je n''ai, et je n'en ai rien à carrer !
Je suis ingénieur informaticien, n'ai aucune notion de politique de haut niveau consistant à mettre des peaux de banane sous les pieds de mes potes, mais au moins j'ai cette conviction que l'on peut changer la France en mettant en fonction des responsables qui se veulent être au service, non de leur intérêt personnel, mais de l'intérêt général.
Je veux servir les gens et les aider, alors, même si je n'ai aucune chance, je la tente quand même, ne serait-ce que pour se marrer un bon coup et pouvoir dire que l'on a tout tenté.


Je me lance donc dans l'aventure avec 20 tracts à distribuer par semaine sur le marché de Voiron. Y'aura mon site web et que ça. Il n'y aura que mon envie, que mon enthousiasme, et que cette croyance, totalement crétine, que la politique est là pour servir et non pour se servir.


Il y a cette foi, cette insouciance, cette envie de dire "tous pourris", mais si personne ne se lance alors la pourriture n'est-elle vouée qu'à proliférer ?


Car je n'ai aucune chance, car cette entreprise est d'une bêtise et d'une naïveté exacerbée, je me lance, car j'ai des convictions. Vaille que vaille, je tente et si même si j e suis ridicule, tant-pis.


J'ai envie de pouvoir dire que je l'ai fait et que si j'ai raté, j'aurais tout tenté.


Je veux pouvoir me regarder dans une glace.

 

Et si tout commençait aujourd'hui ?

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Candidature

Repost 0
Commenter cet article