Une très bonne idée pour améliorer les résultats scolaires de nos chères têtes blondes !

Publié le 11 Février 2015

dicteeC'est un fait : quand on est démotivé, on travaille moins et quand on est hyper-démotivé, on ne travaille plus du tout... Tous les enseignants savent cela et pourtant, trop souvent, en France, le système de notation démotive car il déclasse, car il humilie...

Dans bon nombres de cas, j'ai été témoin de notations posant problèmes où on se demandait si le professeur n'avait pas une prime inversement proportionnelle à la moyenne des notes de ses élèves !

Heureusement, il y a des pratiques qui tentent de sortir de cette logique suicidaire ! Suicidaire, car en démotivant nos élèves, on ne les fait pas progresser, et sans progression, la compétitivité globale de nos forces vives est remise en question...

Ainsi, dans certains collèges, on remet en cause le sacro-saint pouvoir de la note pour rejoindre un autre mode de notation bien plus respectueux et bien plus motivant pour les élèves, et le pire c'est que ça marche !

Ne reste plus qu'à le généraliser afin de faire monter en compétence l'ensemble des élèves de notre pays, sortir l'éducation nationale de la médiocrité dans laquelle elle est engluée, et redonner à notre pays, par les forces vives de notre jeunesse, une compétitivité économique qui le fera sortir de l'ornière !

Un article du journal 'Le Monde' daté du 15 Novembre 2014

*****************

Un collège métamorphosé par l'abandon des notes
Najat Vallaud-Belkacem lance dans le Gers le chantier de l'" évaluation bienveillante " des élèves
Le vendredi est jour du marché à Vic-Fezensac. Une aubaine pour la ministre de l'éducation nationale, qui a choisi le gros bourg gersois pour commencer à faire ses provisions de bonnes pratiques pédagogiques. Najat Vallaud-Belkacem, qui va multiplier les visites d'écoles et de collèges adeptes de l'évaluation bienveillante, commence, le 14  novembre, par ce collège fer de lance de l'évaluation sans notes. Ce choix surprend le monde de l'éducation  : si la réflexion sur des systèmes d'évaluation qui ne "  cassent  " pas les élèves est assez partagée, l'abolition pure et simple des notes est loin de faire consensus.

Il a beau s'appeler Gabriel-Séailles, à Vic-Fezensac on l'appelle "  le collège  ". L'ambiance y est familiale entre les 270 élèves et leurs 24 enseignants. Ici, l'anonymat n'existe pas, ce qui rend difficiles les carrières de cancre. "  Tu vas pas y croire  ", lance Christel Thiriet, enseignante d'histoire-géographie, à l'attention de Lara Massartic, sa collègue de français  : "  Kevin a réussi deux évaluations successives…  " Du haut de ses 11 ans, le gamin (son prénom a été modifié) a décroché des études dès son arrivée en 6e, en septembre. Mme  Massartic lui a proposé d'oublier ce premier mois catastrophique et de repartir de zéro. "  Avec la cadence des évaluations, les efforts paient très vite. De quoi remotiver.  "

C'est pour des enfants comme Kevin que des enseignants, arrivés là au hasard des mutations, a décidé, un jour de 2008, de changer de mode d'évaluation. "  On en avait assez des élèves perdus pour les études dès le premier trimestre de 6e, désespérés de leurs notes. On a décidé, il y a six ans, de noter par compétences une classe de 6e tirée au sort  ", raconte le conseille principal d'éducation, Francis Fantoni. "  L'année suivante, l'expérimentation a été reconduite avec la même classe, mais en 5ecette fois. Aujourd'hui, tout le collège est sans notes  ", ajoute-t-il.

"  Au début, on évaluait les compétences en rouge ou en vert et on gardait une note globale chiffrée. Et puis, comme pour le passage du franc à l'euro, il faut à un moment supprimer l'un pour laisser vivre l'autre  ", résume Lara Massartic. Les notes ne font donc leur retour que sur les bulletins trimestriels de 3e, pour l'orientation. Elles sont alors générées par un logiciel, comme la résultante du pourcentage de rouge et de vert de l'élève. Mille fois les détracteurs de l'expérience vicoise ont assimilé le "  sans notes  " à du laxisme  ; mille fois les profs de Gabriel-Séailles ont prouvé l'inverse.

Sur les copies s'alignent donc des points rouges ou verts qui évaluent les compétences listées en haut de page. "  Deux verts, c'est 20 ou quasi  ; deux rouges, c'est zéro ou pas loin  ", ajoute Marie Boudier, professeur de mathématiques. Les résultats sont là : au brevet, c'est désormais 70  % de mentions et un taux de réussite de 93  %.

Mais là n'est pas l'essentiel aux yeux des enseignants. "  Je me réjouis surtout que notre système ait fait monter le niveau d'ambition. On a tous connu les bons élèves qui se fixaient pour horizon le 12 sur 20. Avec les couleurs, ils ne peuvent pas mettre cette logique à l'œuvre. Nos très bons sont encore meilleurs et nos plus faibles perdent moins courage  ", rappelle Mme Boudier.

" On n'est plus le censeur "
Dans sa classe de 3e, Alexandre, profil premier de la classe, estime que les points colorés l'aident plus finement que les notes. "  Quand j'ai un point rouge, je regarde la compétence que je ne maîtrise pas bien et la retravaille  ", ajoute le garçon. "  C'est pour cette raison que nous évaluons des compétences très fines  ", enchérit Mme Thiriet. "  Ainsi, en français j'ai ajouté l'item “j'ai écrit un texte particulièrement réussi” qui permet de distinguer une bonne copie d'une excellente  ", ajoute-t-elle. Au fil des ans, la liste des compétences évolue. Le rapport aux résultats aussi.

Alors que la méthode était en rodage, Marie Boudier a débarqué un jour, inquiète, en salle des profs. "  J'avais autorisé une 5e, qui avait raté son évaluation et maîtrisait parfaitement les attendus, à en refaire une…  " Le débat sur le sens de l'évaluation qui a émergé ce jour-là s'est conclu très simplement  : "  On n'évalue pas pour piéger, mais pour que les élèves maîtrisent un savoir-faire. Avec cette définition, on pouvait les faire recomposer sereinement  ", se rassure Mme Boudier.

Le dispositif oblige les élèves à travailler beaucoup plus. "  Quand ils n'ont pas réussi, ils viennent en soutien pour s'entraîner et être réévalués. Il n'est pas rare d'avoir toute une classe à ce moment facultatif. Quant aux cours, ils ne peuvent plus y dormir tranquilles parce qu'on contrôle tout le temps  ", ajoute Mme Thiriet.

Si la formule a métamorphosé les élèves, elle a aussi transformé la pédagogie. "  On n'est plus le juge, le censeur  ; on les accompagne et ils le savent  ", ajoute Mme Boudier. D'ailleurs, Catherine Lasserre, la principale, juste arrivée, observe comment la méthode permet désormais d'amener tout le monde à son projet d'orientation. "  On ne trie plus. On emmène chacun au maximum de ses possibilités avec un vrai bien-être  ", ajoute la chef d'établissement.

Côté parents, la confiance règne, même si les repères classiques sont bousculés. Claudine Ducos, mère d'élève, apprécie "  l'autonomie que cela donne aux élèves pour se prendre en main et retravailler seuls leurs lacunes  ". Pour elle, l'autoévaluation demandée à chacun en fin de devoir est "  essentielle  ". "  Les adolescents doivent savoir où ils en sont pour prendre confiance en eux et en leurs compétences.  " En revanche, la méthode n'apporte pas de solution au manque de travail à la maison, qui reste un point noir à Vic-Fezansac comme ailleurs.

Maryline Baumard

lexique

confiance

L'élève bénéficie d'un entraînement en cours. L'enseignant propose à la classe de faire ensemble un test de même niveau que celui auquel chaque élève sera soumis individuellement.

A, B, C, D, E

L'enseignant divise son évaluation en deux temps. Durant le trimestre, il ne met que des lettres (A, B, C, D, E). L'élève peut refaire chez lui toutes les évaluations. En fin de trimestre, arrive l'évaluation bilan, qui est notée.

compétences

Surtout utilisées en primaire, les ceintures de compétence sont calquées sur celles du judo. Lorsqu'un élève se sent prêt, il demande à passer une ceinture dans une discipline.

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost 0
Commenter cet article