Articles avec #candidature tag

Publié le 1 Janvier 2014

Je vous souhaite une bonne et heureuse année 2014 !

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Candidature

Repost 0

Publié le 25 Décembre 2013

joyeux-noelJe vous souhaite un joyeux Noël

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Candidature

Repost 0

Publié le 2 Septembre 2013

La presse est indispensable à la Démocratie car elle offre l'accès à l'information et au savoir. Comme vous le savez, je suis un fidèle lecteur de deux types de presse.

La presse Nationale par l'intermédiaire du journal 'Le Monde' dont le professionnalisme, l'intégrité, l'indépendance, ne sont plus à démontrer. Par l'intermédiaire de ce journal, le lecteur dispose d'une véritable connaissance de l'information Nationale et Internationale au jour le jour. Une comparaison avec le journal télévisé de France2 ou de TF1 est risible à souhait tant est médiocre l'information dispensée par ces chaînes dans ces journaux de 13h ou de 20h.

Bien entendu, un abonnement au journal 'Le Monde' n'est pas gratuit, mais il est très peu élevé au regard de sa qualité.

Si, vous aussi, vous voulez vous abonner à cette source incomparable d'information, ça se passe ici : http://abo.lemonde.fr/

Science et VieJe suis aussi abonné à 'Science et Vie'. C'est un magazine scientifique qui va au bout des choses par des articles complets, cohérents, approfondis et de qualité. Science et Vie représente l'accès au savoir scientifique.

Pour vous abonner, ça se passe ici : http://www.kiosquemag.com/abonnement/science-vie

Comme je suis de bonne humeur aujourd'hui, au premier lecteur qui me le demande par le formulaire contact, j'envoie le journal 'Le Monde' et le magazine 'Science et Vie' en prime ! Après tout, vu que je remplis régulièrement mon blog de leurs articles, ça vaut la peine que je leur fasse de la pub de temps en temps ;)

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Candidature

Repost 0

Publié le 27 Mai 2013

Elysee palaisUne lettre adressée au Président de la République.

 

**********

 

Expéditeur
Philippe NOVIANT

 

Destinataire
M. le Président de la République Française
55 Rue du Faubourg Saint Honoré
75008 PARIS

Moirans le 10 Mars 2013

Monsieur le Président de la République,

    M. Patrick Weil, directeur de recherche au CNRS, au Centre d'Histoire sociale du 20ème siècle (université de Paris1), a été l'auteur d'un article dans le journal 'Le Monde' promouvant le cumul des mandats. Cet article est daté du 20 Février 2013.

    M. Patrick Weil, est rétribué par l'Etat Français de par ses fonctions.

    M. Patrick Weil ne sert pas la démocratie et ses prérogatives de pouvoir du peuple par le peuple, par son article. J'en détaille les raisons ci-dessous.

    J'émets de très profonds doutes sur les compétences de ce Monsieur, historien et politologue de son état (...à quoi sert un politologue au juste ?). Justifier, comme il le fait, dans un journal national, le cumul des mandats, est idiot, abscons et va très clairement à l'encontre de l'intérêt général, in fine, de tous les principes démocratiques élémentaires.

    Le danger serait de renforcer les pouvoirs de la République ? Ca serait dire que les 4 Millions de chômeurs, le déficit annuel de 70 Milliards sur 240 Milliards de recettes, ainsi que notre manque criant de compétitivité serait dû à votre trop grand pouvoir ?

    En quoi votre trop grand pouvoir supposé serait contraire à la défense de l'intérêt général ? Vous avez élu pour gouverner, par pour faire de la figuration !

    Ce Monsieur va même jusqu'à louer les épisodes de cohabitation ! Dans ces périodes, on assistait à une chamaillerie générale où aucune réforme d'envergure n'a jamais vu le jour ! On a assisté qu'à des mesures démagogiques, oh combien délétères pour notre République comme la loi sur les 35h ! Cette loi a été mise en place pour que la gauche succède à la droite lors des futures élections ! On voit aujourd'hui le résultat : un taux de croissance qui se traîne, des déficits qui explosent, un taux de chômage côtoyant des niveaux jamais vus !

    Avoir le pouvoir, c'est agir, c'est engager des réformes. Actuellement, bien que je considère que vous exercez des fonctions difficiles, je constate plus d'attentisme que d'action dans votre gouvernance.

    Le cumulard est peut-être plus puissant que le parlementaire lambda, mais ça ne l'empêche pas d'être aussi nul que les autres. Pire, c'est bien souvent lui qui brille par son absence sur les bancs de l'Assemblée, car sa puissance ne lui a jamais donné le don d'ubiquité !

    La France n'est pas malade du cumul des pouvoirs. Elle est malade d'inaction. Elle est malade de ces politiques, politologues qui, au lieu de chercher la solution, cherchent l'excuse à l'inaction. "On n'engage pas de référendum car la Constitution ne l'autorise pas", a-t-on entendu récemment. C'est oublier un peu rapidement qu'une Constitution se change et qu'elle doit servir l'intérêt général.

    L'intérêt général ne réside pas à payer des élus à ne faire que la moitié (...au mieux...) de leur travail dans l'exercice du cumul.

    On peut donc sciemment se poser la question sur les compétences de M. Weil, à louer un régime politique où sévissait l'attentisme, comme l'était la cohabitation.

    On peut donc sciemment se poser la question à rémunérer un tel directeur de recherche au CNRS, in fine, payé par le contribuable.

    Je vous demande donc de bien vouloir mettre fin aux fonctions de ce Monsieur qui fait honte à la République par ses principes et ses pensées ouvertement anti-démocratiques.

    Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes salutations distinguées.

Philippe NOVIANT

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Candidature

Repost 0

Publié le 10 Mai 2013

76650 raffarin uneLa droite se meurre et j'appelle M. Raffarin à agir dans cette lettre.

**************

Cher Monsieur Raffarin,
Vous n'êtes pas à votre place au sein de l'UMP. L'UMP est en train de mourir. Il n'a pas gagné une seule élection depuis 2007 et il se cherche, il lutte pour essayer de retrouver sa voie. On l'a vu aux dernières élections Copé-Fillon, l'UMP n'a plus de ligne politique claire. Il essaie d'aller chasser sur les voies du FN alors que les temps ont changé : le FN a, à présent, un candidat menteur et démagogique qui essaie de faire croire qu'il est légitime en disant qu'il n'est plus raciste et anti-démocratique. Le FN est devenu légitime aux yeux de ses électeurs et l'OPA qu'à réalisé Sarkozy en 2007 n'est plus qu'un lointain souvenir, cela ne se reproduira plus : pourquoi privilégier la copie par rapport à l'original ?
L'UMP s'est droitisé, vous avez raison de le dire et de l'affirmer. Mais l'UMP ne reviendra pas à sa situation d'avant. Sarkozy n'est pas Chirac et il est impossible que l'UMP redevienne un parti démocratique et humaniste tel qu'il l'avait été au temps du RPR. Vous n'avez donc plus votre place au sein de l'UMP : quittez le sans regret, car il ne correspond plus à vos valeurs ! Pourquoi continuer à soutenir un parti qui reste aveuglé par un candidat qui a perdu toutes les élections de 2007 ?
L'environnement de l'UMP est pourri, tirez un trait sur ce parti et fondez votre propre parti de droite humaniste en portant les valeurs fortes constituées d'un amour immodéré pour l'intérêt général, comme l'a fait avant vous M. Chirac.
Sachez être courageux et fort en quittant ce navire en perdition. Il coule, sachez prendre le canot de sauvetage à temps et n'écoutez pas cet orchestre funèbre jouer et jouer encore la petite musique de la défaite et de la perdition.
M. Raffarin, en tant qu'ancien premier ministre, vous avez la légitimité, vous avez la compétence, vous aurez de quoi fédérer autour de vous. Sachez être le sauveur de cette idée de la droite Républicaine, responsable, compétente, anti-démagogique et anti-utopiste.
Vous êtes, en tant que proche de M. Chirac, un de mes modèles. Prenez vos responsabilités, et je vous suivrai, moi, petit anonyme, porteur des couleurs de Madame Lepage, ex-ministre Chiraquienne, lors des dernières élections législatives dans la 9e Isère.
J'attends votre réponse, j'attends votre action.
Je crains que vous ne soyez notre dernier espoir pour sauver la droite et cette certaine idée de la France que portait Pompidou, De Gaulle et M. Chirac.
Très cordialement,
  Philippe NOVIANT
  Candidat (très malheureux) aux législatives 2012 sur la 9e Isère

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Candidature

Repost 0

Publié le 1 Avril 2013

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Candidature

Repost 0

Publié le 19 Mars 2013

Ceci est le 200e article de ce blog !

 

Ca se fête !

 

Le premier message envoyé sur ma boite gagnera donc un petit cadeau ! ;)

 

En attendant, comme 'Le Monde' a l'amabilité et le professionnalisme de me fournir la majorité de mes contenus, une petite pub gratos est disponible ici (abonnez-vous, réabonnez-vous qu'ils disaient ;) ).

 

http://abo.lemonde.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Candidature

Repost 0

Publié le 4 Février 2013

mariage-gay-gateau-460-debat(1)Si vous êtes habitué de ce blog, vous savez sans doute que j'ai un fan, qui se fait appeler M. Callet. Il est contre l'adoption par des couples homosexuels. C'est son droit le plus strict.

On a donc débattu plusieurs fois, et je lui ai dit plusieurs fois que, comme la majorité des enfants étaient heureux dans de tels couples, l'intérêt de ces enfants commandaient d'autoriser une telle pratique.

M. Callet m'a opposé ce texte :

J'en profite pour le commenter et apporter des réponses, précédées par PN

*****************

C : Moi aussi je suis heureux de vous retrouver afin de vous mettre devant vos contradictions...

PN : contradictions ? Quelles contradictions ? D'avoir des points de vue différents, avec des références différentes ne s'appelle pas de la contradiction ! J'ai toujours dit que l'intérêt de l'enfant militait pour qu'un couple de même sexe puisse avoir la possibilité d'adopter : celà ne constitue nullement une contradiction.

C : Je vous met donc en lien une première vidéo dans laquelle un monsieur élevé par 2 lesbiennes explique pourquoi ce projet de loi "mariage pour tous" est une erreur fondamentale. Comme cela vous ne pourrez plus dire que TOUS les enfants élevés au sein de couples de même sexe sont épanouis et n'en souffrent pas !
->http://www.ndf.fr/poing-de-vue/22-01-2013/un-americain-eleve-par-deux-lesbiennes-remet-a-sa-place-najat-vallaud-belkacem-en-francais

PN : Vous marquez un point. Je suis obligé de reconnaître que TOUS les enfants élevés au sein de couples de même sexe n'en souffrent pas. Cependant, cette vidéo appelle quelques commentaires :
- D'abord ce Monsieur a dit qu'il avait un lien très fort avec sa mère non biologique. Il a déploré que son mal-être était sous-tendu par des clans entre sa mère biologique, son père et sa mère non-biologique.
- Ce mal-être est donc en partie due à un trio et non pas à un duo homosexuel. On s'éloigne donc quelque peu de la situation combattue dans le débat actuel.
- De plus, on comprend que la mère biologique affirmait son autorité car elle avait des droits que la mère non-biologique n'avait pas et qu'elle affirmait cette primauté. C'est intéressant car le débat actuel porte JUSTEMENT sur le fait de donner les mêmes droits au deux parents.
On peut donc se poser la question si les mesures portées par le débat actuel n'auraient pas atténué la souffrance de ce jeune homme ;)
Quoiqu'il en soit, il dit qu'il a souffert de la séparation d'avec son père : ce n'est pas un scoop. Les séparations sont toujours des causes d'extrêmes souffrances dans des couples, homosexuels ou non.
Bref, cette vidéo apporte un plus au débat, indéniablement.
Par contre, elle est loin de régler le compte de ce que je pense de la mesure, pire, elle a plutôt tendance à la conforter...
Elle la conforte pour une raison simple : la gosse a l'air de s'éclater derrière son papa et elle a l'air très heureuse et très équilibrée. Donc, cet enfant, élevé par un couple homosexuel fait un bon papa, et ça, ça a plutôt tendance à me conforter dans mon opinion, même si sa situation ne l'a pas rendu heureux à 100%.

C : Une 2ème vidéo bonus expliquent le point de vue d'un jeune adopté car je trouve les partisans du "mariage pour tous" souvent égoistes, ne pensant qu'aux désirs des adultes et non aux enfants. Il est donc utile de leur rendre la parole!
->https://www.youtube.com/watch?v=Bz2gGIMBWXE

PN : Il est adopté, certes, mais je n'ai nullement entendu qu'il avait été adopté par un couple homosexuel et qu'il fait partie de cette frange de population malheureuse de la situation d'être enfant d'un tel couple !
Bref, je ne peux pas prendre en compte son témoignage car cela n'en est pas un. Il ne démontre rien, il affirme.
En plus, il est un vraiment très piètre orateur : il crie, il hurle et il tape sur les nerfs. Je vous tire mon chapeau d'avoir pu tenir devant son discours car c'est un véritable calvaire !

C : Et enfin, un petit dérapage dont les députés socialistes ont le secret avec un fameux "point godwin" dont vous semblez si friand...je suis sur que celui ci vous ravira au plus haut point, en plus il est extrait du Monde qui est vous avez raison un excellent journal ;)
->http://www.lemonde.fr/societe/video/2013/01/31/triangle-rose-le-point-godwin-d-un-depute-ps_1825379_3224.html

PN : Effectivement, j'en suis friand ! Miam et merci !
Comme quoi, effectivement, on peut perdre des débats même à l'Assemblée Nationale. On peut donc dire que Christian Assaf a débat perdu et que son intervention peut être considérée comme telle. Il est vrai qu'il y a eu des discours au relant homophobe, mais le lien avec le triangle rose est très clairement de trop.

C : Au fait pourquoi pas un référendum, vous avez peur du peuple ?

PN : Ben ça tombe bien que vous me disiez cela ! J'ai été le premier à parler d'un référendum en la matière car je suis convaincu que sur des sujets de société, la place doit être donnée à la consultation publique. J'ai entendu l'idée d'un référendum en la matière, après le 31 décembre 2012, c'est à dire après avoir écrit au Président de la République sur la taxation des plus hauts revenus :

http://www.philippenoviant.com/article-lettre-ouverte-au-president-de-la-republique-sur-la-taxation-des-plus-hauts-revenus-113906642.html

On peut donc dire, jusqu'à preuve du contraire, que j'ai été le premier à soumettre cette idée. Cette idée n'a pas été reprise par le Président et j'en suis le premier désolé.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Candidature

Repost 0

Publié le 31 Janvier 2013

1309510-AbeilleJ'ai reçu un message pour une pétition afin de sauver les abeilles : à vos claviers ! ;)

*********

Chères amies, chers amis d’Avaaz,

Dans le monde entier, les abeilles sont menacées d’extinction et l'agence sanitaire européenne vient de reconnaître la toxicité de certains pesticides. Nous avons 48 heures avant une rencontre-clé: mobilisons 2 millions de personnes pour sauver les abeilles.

Signez the petition Dans le monde entier, des milliards d’abeilles meurent en silence, menaçant nos cultures et notre alimentation. Mais dans 48 heures, l’Union européenne pourrait interdire les pesticides les plus dangereux et ouvrir la voie à une interdiction internationale qui pourrait bel et bien sauver les abeilles.

Quatre pays européens ont déjà interdit ces poisons ; les colonies d’abeilles s’y reconstituent lentement. Voilà quelques jours, l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) a déclaré pour la première fois que certains pesticides tuent les abeilles. Aujourd’hui, juristes et députés européens appellent à une interdiction totale. Mais Bayer et d’autres producteurs de pesticides mènent un lobbying acharné pour maintenir leurs produits sur le marché. Si, massivement, nous dénonçons leur action, nous pourrons pousser la Commission européenne à faire passer la santé des citoyens et la protection de l’environnement avant les plus-values de quelques actionnaires.

Heureusement, nous savons que nos voix comptent! L’an dernier, nos 1,2 million de signatures avaient forcé les autorités américaines à engager une consultation sur les pesticides. Aujourd’hui, avec 2 millions de signatures, nous pouvons convaincre l’UE de se débarrasser de ces poisons et paver la voie à une interdiction planétaire. Signez cette pétition urgente essaimez en l’envoyant à tous vos proches. Avec des députés européens, nous remettrons votre message lors de la réunion-clé qui aura lieu à Bruxelles cette semaine:

http://www.avaaz.org/fr/sauvez_les_abeilles/?bZEDuab&v=21431

Les abeilles ne servent pas uniquement à produire du miel: elles sont essentielles à la vie sur Terre et pollinisent chaque année 90% des plantes sauvages et cultivées. Ces dernières représentent une valeur d’environ 40 milliards de dollars et plus d’un tiers des disponibilités alimentaires mondiales. Si les abeilles disparaissent, nos fruits, légumes et noix préférés pourraient disparaître des étals.

Au cours des dernières années, les colonies d’abeilles ont fortement décliné. Des espèces se sont déjà éteintes et certaines espèces américaines ont vu leurs colonies décimées, réduites à 4% de leur population habituelle. Les scientifiques cherchent des réponses depuis longtemps, et aujourd’hui, l’EFSA affirme que certains pesticides, les néonicotinoïdes, pourraient être responsables de ce massacre. La France, l’Italie, la Slovénie et même l’Allemagne, pourtant patrie de Bayer, l’un des plus grands producteurs de ces pesticides, les ont déjà interdits. Mais Bayer continue d’exporter son poison dans le monde entier.

Aujourd’hui, nous entrons dans une phase cruciale pour l’interdiction des pesticides. Les députés européens intensifient leur pression sur la Commission et certains pays pour faire adopter une loi contre ces poisons. Nous pouvons les aider par un soutien citoyen massif contre ce puissant lobby. Signez cette urgente pétition adressée aux responsables européens et partagez cet e-mail autour de vous:

http://www.avaaz.org/fr/sauvez_les_abeilles/?bZEDuab&v=21431

Les menaces s'accumulent sur la biodiversité qui nous permet de vivre et d'admirer la nature. Les membres d’Avaaz s’unissent une fois encore pour protéger les animaux en danger,grands ou petits. Qu’il s’agisse de gagner une bataille pour empêcher la Commission baleinière internationale de légaliser le meurtre de ces géants des océans ou qu’il s’agisse de sauver les abeilles, ces minuscules créatures dont la nature est si dépendante, nous allons nous unir pour défendre le monde que nous voulons.

Avec espoir,

Luis, Ari, Alice, Iain, Ricken, David, Alaphia et toute l’équipe d’Avaaz

POUR EN SAVOIR PLUS:

Pesticides: un risque enfin admis pour les abeilles (Le Monde) http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/01/16/pesticides-un-risque-enfin-admis-pour-les-abeilles_1817630_3244.html
Un pesticide pour expliquer l’effondrement des colonies d’abeilles (Conso-Globe) http://www.consoglobe.com/colonie-abeilles-pesticides-effondrement-cg
La pollinisation (Agriculture.technomuse.ca) http://www.agriculture.technomuses.ca/francais/les-abeilles/la-pollinisation/effets-sur-fruits.php
Donnons une chance aux abeilles (Alliance des Verts Européens, communiqué) http://www.greens-efa.eu/donnons-une-chance-aux-abeilles-9026.html"
L’EFSA identifie les risques associés aux néonicotinoïdes pour les abeilles (EFSA) http://www.efsa.europa.eu/fr/press/news/130116.htm?utm_source=homepage&utm_medium=infocus&utm_campaign=beehealth

Soutenez le mouvement Avaaz!

Nous sommes entièrement financés par les dons et ne recevons aucune subvention de la part de gouvernements ni d'entreprises.

Avaaz est un réseau citoyen mondial de 17 millions de membres qui mène des campagnes visant à ce que les opinions et les valeurs des peuples influent sur les décisions mondiales. ("Avaaz" signifie "voix" dans de nombreuses langues). Nos membres sont issus de tous les pays du monde; notre équipe est répartie sur 19 pays et 5 continents et travaille dans 16 langues. Pour découvrir certaines de nos plus grandes campagnes, suivez-nous sur Facebook ou Twitter .

Pour contacter Avaaz, merci de ne pas répondre à cet e-mail. Écrivez-nous plutôt en utilisant le formulaire suivant: http://www.avaaz.org/fr/contact , ou appelez-nous au +1-888-922-8229 (États-Unis)

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Candidature

Repost 0

Publié le 1 Janvier 2013

JE VOUS SOUHAITE UNE BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2013 !

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Candidature

Repost 0

Publié le 25 Décembre 2012

joyeux-noel.jpgJe vous souhaite un Joyeux Noël !

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Candidature

Repost 0

Publié le 24 Décembre 2012

grenoble2D'après certains, je suis une des personnalités de l'année 2012 de l'agglomération Grenobloise. La distinction me fait plaisir, même si je sais pertinemment que ce n'est pas nécessairement réel.

Merci quand même ;)

 

http://grenobleagglo2014.tumblr.com/tagged/Top-10-personnalit%C3%A9s-2012-de-l%27agglom%C3%A9ration-grenobloise

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Candidature

Repost 0

Publié le 24 Octobre 2012

Chirac-SarkozyLors d'un récent débat politique, nous avons eu à aborder l'épineuse question de qui a été le président le plus incompétent de la Ve République.

Pour moi, Sarkozy remporte la palme, pour mon interlocuteur Chirac fait partie du classement.

Je ne suis pas d'accord avec ce fait, et vais tenter de le démontrer par une analyse que j'espère fine et arguméntée.

Mon interlocuteur en veut à Chirac de n'avoir rien fait en matière économique pour sortir la France de l'ornière. A ceci, j'opposerai que Chirac, pendant toutes les années durant lesquelles il a été au pouvoir, a essayé de manière continue et répétée de mettre en place des réformes en matière économique. La réforme des régimes spéciaux en 1995, menée par son premier ministre de l'époque, M. Juppé, le CPE mené par Villepin, ont été des réformes ambitieuses, d'ailleurs louées par mon interlocuteur, qui se sont fait retoquées par l'opinion publique au détriment de l'intérêt général. Il ne faut d'ailleurs pas oublier que Chirac n'a pas gouverné de manière constante : il a du essuyer une cohabitation longue où la plus grosse erreur économique de la Ve République a été adoptée : les 35 heures, mesure démagogique, perverse et inefficace, plombe encore note économie.

Il ne faut pas oublier non plus que Balladur, durant sa cohabitation avec Mitterrand, a essayé de mener des réformes économiques de grande ampleur, qui, là aussi, ont été des échecs cuisants car refusées par l'opinion publique au détriment de l'intérêt général. Chirac a vu que ces réformes avaient coûté à l'ambition de son meilleur ennemi. On peut donc difficilement reprocher à Chirac une certaine retenue en la matière : chat échaudé craint l'eau froide.

Un mot sur le CPE : la logique voulait tenter de corriger une situation où 25% de nos jeunes étaient au chômage. On voulait, par le CPE, instaurer un contrat flexible permettant de rendre plus sexy l'embauche d'un jeune. En échange de cette flexibilité, on augmentait la rémunération de ce jeune, jusqu'à lui octroyer un supplément salarial pouvant s'assimiler à un 13e mois. Làs, cette mesure a été retoquée par des étudiants imbéciles et idiots, largement soutenus par leurs profs qui voyaient là l'occasion de mener une grève par procuration et mettre la pression sur un pouvoir politique qui ne faisait pas naturellement partie de leur bord.

Le CPE a été retoqué et ce qui avait été considéré comme une victoire à l'époque est un cuisant échec : aujourd'hui, 25% de nos jeunes restent au chômage : belle avancée !

Chirac a exercé, a de maintes reprises, des responsabilités ministérielles. Il l'a fait sous Pompidou, dans les années 1970, sous Giscard, à la fin de cette décénie, sous Mitterrand en 1986, a été Maire de Paris et Président de la République durant deux mandats. Il est donc évident que Chirac connaît mieux que quiconque la nature profonde, les qualités et défauts de ses concitoyens. Il sait les Français râleurs, frondeurs et rétifs au changement. Ainsi, chacun de ses projets est pesé, analysé et rien n'est jamais pris à la légère. Il sait prendre le temps pour ne pas brusquer et ne pas heurter une opinion publique qu'il connaît et sait mieux que quiconque jauger. A cette aune, il est donc plus que compréhensible qu'il n'aime pas engager des mesures non réfléchies et qu'il déteste la gesticulation et les effets d'annonce non concertées. En cela, tout l'oppose d'un Sarkozy. Chirac n'a peut être pas su mener les réformes économiques dont la France avait besoin, certes. Mais il faut se rappeler que lorsque Chirac a quitté ses fonctions, la France avait un déficit annuel de 50Mds entre les entrées et les sorties d'argent. Sarkozy a porté, en 5 ans, ce déficit à plus de 100Mds. Chirac a exercé ses fonctions pendant 12 ans, dont 5 ans de cohabitation. Pendant ses fonctions, il a doublé le déficit budgétaire, le portant de 25Mds à 50Mds. Sarkozy, l'a redoublé le portant de 50Mds à 100Mds en 5 ans seulement ! Pour moi, Sarkozy a été donc pire que Chirac en matière économique, d'autant plus que la première mesure de Sarko a été de redistribuer 15Mds d'Euros aux plus riches par les dispositions de la niche fiscale, disposition qui n'a jamais été assortie de contre-partie.

Sarkozy avait un rapport malsain par rapport à l'argent. Il est de notoriété publique que Sarkozy préfèrait l'argent à l'intérêt général. Il a toujours utilisé le pouvoir pour son accès à l'argent, quand l'ensemble des politiques utilisaient l'argent pour accéder au pouvoir. Les deux pratiques sont condamnables, mais la politique Sarkozienne est incontestablement plus puante, allant jusqu'à donner 240 Millions d'Euros à Bernard Tapie, dont 40 Millions pour préjudice moral, ce, sur les fonds publics. Quand on pense qu'une famille qui perd un gosse par la faute d'un hôpital ne récupère que 100 000Euros au titre de préjudice moral, on peut se poser des questions sur l'égalité des citoyens devant la justice.

Chirac avait incontestablement le sens de l'intérêt général et l'a montré en imposant une mesure courageuse : l'instauration des radars automatiques. Mesure oh combien impopulaire, elle a permis de diviser le nombre de morts annuels sur les routes par deux.

La comparaison entre Chirac et Sarkozy demeure donc largement en faveur du premier, quand le deuxième peut se targuer d'être le pire président de la Ve République.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Candidature

Repost 0

Publié le 29 Août 2012

la-marche-c-est-le-pied-824...Et on continue avec cet épisode de la Métro ! Le moins que l'on puisse dire c'est que ça fait parler ! Je ne sais pas si vous avez vu, mais y'a un commentaire qui vaut franchement son pesant de cacahuètes !

C'est sur ce lien :
http://www.philippenoviant.com/article-quand-la-metro-de-grenoble-se-fout-de-la-gueule-de-ses-citoyens-109339175-comments.html#anchorComment

La partie la plus fun est celle-ci, c'est signé de Colette, et tenez-vous bien à votre siège, ça décoiffe :
"[...] et contrairement à ce que vous dites, les colloques ne sont pas organisés "à la base pour les citoyens", bien au contraire [...] "

Par là, cette gentille personne vient de montrer et de démontrer que j'ai entièrement raison de m'insurger ! On a donc la Metro, organisme public financé par l'argent du contribuable, qui organise des colloques, mais pas pour les citoyens ! Et elle ajoute : "bien au contraire" ! L'air de dire, que si y'avait moins de citoyens, on s'en porterait pas plus mal !

Bon, n'oubliez pas de payer car faut bien que nos élus s'amusent quand même !

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Candidature

Repost 0

Publié le 28 Août 2012

la-marche-c-est-le-pied-824Quand la métro de Grenoble se fout de la gueule de ses citoyens ! Part 3

J'ai reçu un mail de la métro et ai répondu dans le texte...

PN : C'est moi.
AB : C'est la métro.

*********

PN :

Bonjour,

Mes réponses dans le texte.


AB@lametrodegrenoble.fr a écrit:

  Bonjour,
  
  En effet, je n'ai pas souhaité entrer dans une polémique qui ne me semblait pas utile cependant je n'ai pas forcément apprécié d'être fustigée nommément dans mon cadre professionel.


PN :

Vous n'avez pas été fustigée. A aucun moment. Par souci d'information, j'avais maintenu vos coordonnées pour montrer que rien n'était monté dans mon information.
Celui qui a été fustigée a été la Metro et personne d'autre.
 
AB@lametrodegrenoble.fr a écrit:

  Nous sommes dans un pays démocratique vous avez le droit de vous exprimer néanmoins vous n'aviez pas à divulguer mes coordonnées mêmes professionnelles alors que je travaille pour une institution, celle que vous sembliez vouloir attaquer, soit une personne morale et non physique.

PN :

Vos coordonnées auraient du être publiques car l'invitation aurait du être publique. Le fait que vous vous insurgez est la meilleure des preuves que la métro n'agit pas de manière démocratique mais au profit de certains, j'y reviendrai.
 
AB@lametrodegrenoble.fr a écrit:

    Quand à l'objet de votre grief, sachez qu'un colloque peut-être réservé à un public restreint, il ne s'agit pas d'un outil démocratique, il ne s'agit pas d'une démarche participative mais bien d'un évènement scientifique et rien de plus.

PN :

Non, non, non et non ! La métro agit grâce à l'argent public ! Vous êtes payée par l'argent public provenant des impôts des citoyens !
Vous ne produisez rien, vous ne vendez rien. Sans impôt et sans subvention, vous n'existeriez pas.
Je ne dis pas que vous ne servez à rien, ne déformez pas mes propos, mais comme vous agissez grâce aux impôts de vos concitoyens, vous avez des devoirs. Votre devoir est d'organiser des colloques dans un but démocratique quand vous utilisez l'argent de la collectivité. Car, jusqu'à preuve du contraire, l'argent que vous utilisez pour organiser ce colloque est l'argent de la collectivité car c'est un colloque gratuit... Ce n'est pas parce qu'il est gratuit qu'il n'a pas un coût. Celui-ci est payé par la collectivité. Ainsi, vous êtes dans l'OBLIGATION de maintenir un critère démocratique quand vous dépensez l'argent public. Suis-je clair ?
 
AB@lametrodegrenoble.fr a écrit:

     Que vous le considériez utile ou non, cela ne change rien à son essence.

PN :

Je le considère inutile mais suis prêt à changer d'avis au vu du compte-rendu qui me sera fourni. Car j'ose espérer qu'il y aura un compte-rendu : ça serait la moindre des choses, vu que c'est quand même, je le rappelle, une partie de mon pognon qui finance cet évènement.
 
AB@lametrodegrenoble.fr a écrit:

    Je ne prendrai pas plus de temps pour ces échanges de mails car j'ai du travail mais je vous remercie d'avoir effectué les modifications, j'aurais juste préféré qu'elles n'eussent pas été nécessaires..

PN :

Oui, vous avez du travail et ce sont une partie de mes impôts qui le paie. Il va sans dire que si vous aviez ajouté à la polémique d'un point de vue personnel, j'aurais laissé vos coordonnées afin que les manières du personnel de la métro soit apprécié comme il se doit.
Personnellement, je regrette d'avoir enlevé vos coordonnées car votre mode d'intervention n'est absolument pas critiquable et relève d'un professionnalisme certain.
Néanmoins, si vous me le permettez, vous êtes encore très loin de connaître les objectifs démocratiques de votre mission, tant vous oubliez qui finance vos actions et qui vous paie.
 
AB@lametrodegrenoble.fr a écrit:

     Votre ami m'a confirmé sa volonté de demeurer inscrit à cet évènement et j'en suis ravie.

PN :
     
J'en suis ravi aussi. Personnellement, je ne participerai pas car je n'ai pas de temps à perdre dans ce genre d'évènement que je considère être une perte de temps et une gabegie. Comme dit précédemment, j'attends cependant le compte-rendu de cet évènement pour infirmer ou confirmer mes propos. Vous aurez de nouveau de mes nouvelles à ce moment là.
 
AB@lametrodegrenoble.fr a écrit:

    Bien cordialement,

PN :

Très cordialement,

  Philippe NOVIAN
 
*****************

Mes commentaires :

1. "Celui qui a été fustigée a été la Metro et personne d'autre.". Corriger en "Celle qui a été fustigée".

2. Je ne vois pas le mal à divulguer des données professionnelles à partir du moment où l'institution, par son caractère public offre un service au citoyen. Ces données professionnelles ont un caractère public de facto car les personnes qui travaillent pour cet organisme sont au service du public, par définition...

3. "ce sont une partie de mes impôts qui le paie". Corriger en "C'est une partie".

4. "manières du personnel de la métro soit apprécié comme il se doit." Corriger en "soient appréciées".

5. "Philippe NOVIAN". Corriger en "Philippe NOVIANT".

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Candidature

Repost 0

Publié le 27 Août 2012

la-marche-c-est-le-pied-824Comme vous vous en doutez sûrement, mon article a reçu une réponse. Elle vient de la métro, et, il faut bien le dire, la réponse reste particulièrement courtoise et polie au vu de mon article.

Suite à ce mail, très sage, j'ai décidé de masquer le nom de l'interlocuteur de la métro.

************

Bonjour Friend,
 
Il semblerait que Monsieur Noviant n'ait pas eu la fin de nos échanges par mail hier. Je vous prierai de bien vouloir les lui transmettre afin que son article soit le plus complet possible.
De plus, je suis surprise de voir que mon adresse email est bien en évidence sur l'article quand la vôtre fait défaut.
Enfin je vous rapelle que l'entrée à cet évènement est sur inscription, considérant l'article de votre ami, dois-je vous désinscrire de cet évènement au profit de quelqu'un plus intéressé ?
 
Cordialement,

AB@lametrodegrenoble.fr
Apprentie Service Etude et Développement
Grenoble-Alpes Métropole / SMTC
Direction de la Mobilité et des Transports
Le Forum - 3, rue Malakoff - 38031 Grenoble Cedex 01

************

Effectivement, l'interlocuteur de la métro avait ajouté une partie sur le fait que seuls les élus et techniciens avaient été invités dans un premier temps :

***********

De: AB@lametrodegrenoble.fr
Objet: Re : Invitation Journée d'études du 28 septembre 2012
À: Friend
Date: Mercredi 22 août 2012, 17h07
Je me permets de vous éclairer sur le sens de notre démarche puisque vous n'avez pas toutes les données, cette journée était dans un premier temps réservée à un public restreint de techniciens, d'élus et d'étudiants en urbanisme afin de les sensibiliser à ce mode de déplacements qui fait déjà  l'unanimité dans le milieu associatif. Il s'agit de voir ce qu'il se fait ailleurs dans ce domaine afin de dégager quelques actions à mettre en oeuvre sur notre territoire dans le prochain document de planification qui sera adopté par les élus et soumis à enquête publique. Il s'agit non pas de confisquer la démarche mais plutôt justement de rappeler à nos élus les réalités du terrain dont ils sont parfois éloignés. Cet évènement vient tout juste d'être ouvert au grand public puisque les moyens mis en oeuvre pour le réaliser sont devenus plus conséquents et nous sommes ravis de l'engouement qu'il suscite tant auprès des élus que des citoyens.
 
Très cordialement,

AB@lametrodegrenoble.fr
Apprentie Service Etude et Développement
Grenoble-Alpes Métropole / SMTC
Direction de la Mobilité et des Transports
Le Forum - 3, rue Malakoff - 38031 Grenoble Cedex 01

***********

Pour ma part, je ne change pas d'avis à ce sujet : dans une démocratie, la voix du citoyen est supérieure à la voix de l'élu. L'élu doit porter la voix du citoyen, non l'inverse.

C'est ce que je dis dans le mail que j'envoie à mon ami :

************

Salut Friend,

Voici le mail que j'ai envoyé à Madame AB.

J'ai reçu son dernier message car elle a eu la gentillesse de me mettre en copie.

Sur le fond du problème, je maintiens mes positions quant au fait que les principes démocratiques sont quelque peu dévoyés par la métro. Le principe démocratique de base est d'organiser des colloques pour la population et les citoyens. Comme on ne peut pas organiser un évènement pour 400 000 personnes, la priorité doit être donnée aux représentants des associations de citoyens. Les élus et techniciens doivent passer après. Ce qui est choquant dans l'invitation, tant sur la forme que sur le fond, c'est qu'il y ait un nombre de places limitées et que la limitation ait déjà été atteinte quand les premiers représentants des associations sont contactés.

Si le colloque avait été bien organisé, on aurait récupéré les inscriptions et on aurait choisi les personnes les plus à même de défendre le sujet du colloque, c'est à dire élus et/ou représentants d'association les plus en rapport avec le sujet et le thème de l'évènement. Le principe du 'premier arrivé, premier servi' alors que les mails n'ont pas tous été envoyés au même moment est particulièrement choquant au regard de tes actions locales.

Quant au mail de Madame AB que tu as reçu, il te demande simplement si mon article remet en question ta participation. A priori non, et j'invite donc Madame AB à te laisser sur la liste des inscrits sauf avis contraire exprès de ta part.

Je profite de ce mail pour remercier Madame AB de ne pas avoir, vis à vis de ma personne en tout cas, mis de l'huile sur le feu concernant ma démarche. Elle n'est pas entrée dans la polémique et c'est tout à son honneur. Cependant, je persiste à penser que ce colloque a été mal organisé, en particulier concernant l'épisode de la balade matinale. Je persiste aussi à penser qu'il est complètement inutile et ridicule. Cependant, car seuls les cons ne changent pas d'avis, je serais ravi de recevoir le compte rendu de cet évènement afin que je puisse faire amende honorable, ou, au contraire, signifier l'inutilité de l'organisation d'un tel évènement.

Bien à toi.

  Philippe NOVIANT
 
*************

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Candidature

Repost 0

Publié le 23 Août 2012

la-marche-c-est-le-pied-824.pngLa commmunauté d'agglomération de Grenoble (la métro) organise un super évènement, tenez vous bien à votre siège, intitulé :

La marche, c'est le pied, dont les renseignements se trouvent sur ce lien :

http://www.eco-quartiers.fr/#!/fr/focus/agenda/2012/09/la-marche-c-est-le-pied-journee-d-etude-du-pdu-de-grenoble-159/

Donc, va y avoir, ce jour là, de grands intervenants qui vont dire combien il est bénéfique de marcher... C'est vrai que les citoyens Grenoblois sont un peu débiles, et qu'il faut forcément qu'on organise un colloque pour leur rappeler qu'ils ont deux jambes et qu'ils peuvent s'en servir au lieu de prendre leur bagnole et de polluer leur belle ville. D'autant plus débiles aussi, que l'essence n'a jamais été aussi chère, et qu'ils n'auraient jamais eu l'idée de laisser leur bagnole au garage si un tel colloque n'avait pas été organisée par la gentille métro : et bien voyons...

Bref...

J'ai donc un ami qui a voulu s'inscrire à ce colloque pour signifier aux organisateurs qu'il serait peut être un peu temps d'arrêter de dépenser de l'argent dans des organisations qui ne servent à rien et que l'argent, ça ne se fout pas par les fenêtres.

Voici le mail original d'invitation que mon ami à reçu :

*********

De: AB@lametrodegrenoble.fr
Objet: Invitation Journée d'études du 28 septembre 2012
À:
Date: Lundi 20 août 2012, 14h27
Bonjour,
 
le Syndicat Mixte des Transports en Commun et l'Institut d'Urbanisme de Grenoble organisent le 28 septembre 2012 de 9h à 17h30 une journée d'études consacrée à la marche intitulée : la marche c'est le pied ! au CRDP de Grenoble.
 
Vous trouverez en pièce jointe le programme de cette journée ainsi que la liste des intervenants et le sujet de leurs travaux.
Entrée libre sur inscription à l'adresse suivante : AB@lametrodegrenoble.fr .
 
(Il n'y a d'ores et déjà plus de places pour la balade du matin),
 
Cordialement,

AB
Apprentie Service Etude et Développement
Grenoble-Alpes Métropole / SMTC
Direction de la Mobilité et des Transports
Le Forum - 3, rue Malakoff - 38031 Grenoble Cedex 01

*********

Déjà, première surprise : plus de places pour la balade du matin ! Ah ben tiens ! On lance une invitation mais on indique d'ores et déjà que l'on ne peut s'inscrire ! Un peu cavalier la méthode !

Dorénavant, quand je vais inviter mes amis à bouffer à la maison, je vais envoyer un mail en leur disant :

"Salut, j'organise une soirée demain soir, mais y'a plus de place, allez, à plus !"

Mon ami s'étonne, à juste titre...

**********

-----Friend a écrit : -----
A : AB@lametrodegrenoble.fr
De : Friend
Date : 22/08/2012 16:29
Objet : Re : Invitation Journée d'études du 28 septembre 2012

Bonjour,

Je vous confirme mon inscription pour la journée d'études du 28 septembre 2012.
Je souhaiterais participer à la balade urbaine et au déjeuner.
Svp préciser conditions et lieu pour le déjeuner;
je vous manifeste ma surprise pour votre information:
(Il n'y a d'ores et déjà plus de places pour la balade du matin),
pourriez-vous m'expliquer cette situation dès le jour d'inscription ?

Je vous prie de recevoir mes plus cordiales salutations.

**********

La réponse vaut son pesant de cacahuètes :

*********

De: AB@lametrodegrenoble.fr
Objet: Re : Invitation Journée d'études du 28 septembre 2012
À: Friend
Date: Mercredi 22 août 2012, 16h35

Bonjour,
 
en effet il n'y avait qu'une trentaine de places disponibles pour cette balade dont l'invitation a été transmise en premier lieu aux techniciens et élus du domaine des transports. Je ne peux donc vous inscrire à la balade, je le regrette sincèrement.
Cependant je vous inscris aux conférences et au déjeuner qui se tiendra dans le Hall du CRDP et qui sera offert par le SMTC.
 
Cordialement,

AB@lametrodegrenoble.fr
Apprentie Service Etude et Développement
Grenoble-Alpes Métropole / SMTC
Direction de la Mobilité et des Transports
Le Forum - 3, rue Malakoff - 38031 Grenoble Cedex 01

*********

Un colloque doit être organisé pour les citoyens (principe démocratique de base), ou, à la limite pour les représentants d'associations citoyennes (représentant d'un groupe de citoyens).
Là, on l'a remarqué, une partie des activités du colloque est réservée aux techniciens et aux élus du domaine des transports !
Ce sont les techniciens et les élus qui doivent marcher le plus pour désenclaver Grenoble de la pollution et de la nuisance des automobiles ? Très sincèrement, je ne crois pas... Les élus étant à la tête de la métro, on organise donc un bon colloque où on va pouvoir blablater pendant des heures, en réservant certaines activités aux élus et techniciens, tout cela avec le fric du citoyen !

Merci la métro de prendre le citoyen pour un guignol et un porte-monnaie sur pattes en organisant un colloque dont l'utilité reste largement à être démontrée ! Un grand merci aussi aux élus et aux techniciens sus-cités !

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Candidature

Repost 0

Publié le 15 Juin 2012

La-propagande-electorale-peut-aussi-se-delocaliser referencRécemment, M. Polat a envoyé cette invitation :

*********************

Moirans, le 11 juin 2012      

Chère Madame, Cher Monsieur,

[...]

Sur notre circonscription, le « bloc de droite » a rassemblé plus de 51% des suffrages exprimés, et parmi les candidats qui ne peuvent pas se maintenir au second tour, quatre d’entre eux ont déjà officiellement appelé à me rejoindre. Une démarche de large rassemblement est donc engagée, et nous continuerons jusqu’au dernier jour à monter en puissance.

[...]

Julien POLAT
Candidat aux élections législatives sur la 9ème circonscription de l'Isère

******************

Cette propagande est misée sur le fait qu'il peut gagner l'élection car "le bloc de droite" a rassemblé 51% des suffrages. Le problème, c'est que dans ce "bloc de droite" figure forcément... le Front National...

Cela me dérange au plus haut point, car je considère que le Front National n'a jamais porté les valeurs républicaines élémentaires de notre pays. L'assimiler dans le bloc sus-cité fait penser que l'électorat de ce parti peut naturellement se reporter sur la candidature de M. Polat. En d'autres termes, ce message fait les yeux doux au FN. Pas aussi ouvertement que Nadine Morano, certes, mais la propagande de M. Polat n'est pas un déni des votes du FN comme on a pu avoir déni sous Chirac.

Pour moi le FN n'est pas un parti de droite. C'est un parti anti-républicain, xénophobe et raciste avec de grosses tendances fachistes. Le Pen n'a jamais été un patriote et, faut-il le rappeler, a minimisé la solution finale en la considérant être "un détail de l'histoire". Je ne parlerai même pas de la sémantique de "race juive" chère à M. Le Pen.


Le Pen - Un point de détail de l'histoire... par Btoux_1979

On en a déjà discuté avec M. Polat. M. Polat considère que ce parti est républicain car, dixit, "il n'a jamais été interdit" et qu'il peut se prévaloir de 18,5% de résultat à la présidentielle de 2002. Personnellement, je pense que ce n'est pas parce qu'il n'a jamais été interdit qu'il est républicain et qu'il ne mérite pas d'être interdit. Quant aux résultats électoraux, cela n'a jamais été la preuve, ni dans un sens, ni dans un autre, du critère républicain d'un parti politique.

Bref, dans cette vision des choses, je ne peux et ne pourrai jamais apporter mon soutien à M. Polat, et c'est donc vers son adversaire que je me porte. Comme je l'ai déjà dit, je persiste cependant à penser que Mme Bonneton est d'une nullité vertigineuse, mais la nullité n'a jamais été le critère d'un fondement anti-républicain. De plus, elle peut compter sur son suppléant, M. Roland Revil, maire de Voiron, pour relever son niveau, et Dieu sait qu'elle en a besoin, ne serait-ce que pour prendre une position intelligente sur le dossier de Center-Parcs sur Roybon.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Candidature

Repost 0

Publié le 14 Juin 2012

a_vote-464x309.jpgLes résultats viennent de tomber, et je me croirais en train de voir mes résultats de vélo : comme d'habitude, je suis dernier

 

Je fais 13/13 avec 0,53% et 282 votes.

 

Un gros poutou donc aux 282 personnes qui ont voté pour moi, c'est très sympa, merci.

 

Un grand merci républicain à tous ceux qui se sont donnés la peine de se déplacer et d'aller voter, la démocratie vous remercie.

 

Pour tous les dégoûtés de la politique et qui n'ont pas vôté, je vous invite à me laisser un petit mot.

 

A tous, vous pouvez me contacter et on pourra boire un coup ensemble un de ces quatre, à mes frais bien sûr

 

Pour le second tour, je fais fi des conseils d'indépendance que l'on m'a donnés. Je sais bien que les 282 votes ne m'appartiennent pas, mais comme je ne connais pas ces 282 personnes, je me sers donc de ce vote pour leur donner mes orientations personnelles, elles en feront, bien entendu, ce qu'elles en veulent.

 

Donc, à ces 282 personnes, que je remercie à nouveau très chaleureusement, je leur dis que je voterai pour PS-EELV. Je voterai pour eux car je pense qu'il faut donner une majorité à notre nouveau président. De plus, je ne peux apporter mon soutien à l'UMP vu la fin de campagne présidentielle catastrophique qu'il a réalisé. Il s'est très clairement orienté sur le terrain du FN et je juge cela inacceptable. M. Polat est aussi pour le cumul des mandats alors que je suis résolument contre. Comment peut-on payer des gens à ne faire que la moitié, voire le tiers de leur métier ? L'UMP, par l'intermédiaire de Sarko est aussi à l'origine des 300Millions d'Euros remboursés à M. Tapie. Pour toutes ces raisons, je considère que l'UMP ne défend pas l'intérêt général et ne mérite donc pas d'accéder au Palais Bourbon.

 

Après, je ne suis pas dupe. Le PS et EELV ont joué avec leur électorat en décidant d'accords dans le dos des électeurs et des militants. Ce n'est pas normal mais l'électorat ne leur en n'a pas tenu rigueur en créditant Madame Bonneton de 37,2% des voix. Je respecte ce choix, mais ne le partage pas. Madame Bonneton a beaucoup de chances d'avoir eu comme suppléant un homme droit, rigoureux et honnête comme M. Revil, maire de Voiron. En d'autres lieux et d'autres temps, elle aurait pu affronter un dissident PS et je suis sûr que le résultat aurait été tout autre.

 

J'ai pris énormément de plaisir à participer à cette élection et j'en profite pour remercier chaleureusement ma suppléante, Jacqueline Joannon, qui a réalisé un travail phénoménal pendant que j'étais occupé à vaquer à mes obligations professionnelles. Car, oui, j'ai un boulot à côté de la politique et heureusement, car il me permet de financer, sur mes fonds propres, les 1500Euros que m'a coûté cette campagne. Jacqueline a financé, elle, les 1500Euros manquants. Servir l'intérêt général, c'est aussi cela : dépenser de l'argent pour défendre les gens et les idées auxquelles on croit.

 

A très bientôt en tous cas, et prenez soin de vous.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Candidature

Repost 0

Publié le 14 Juin 2012

Cumul-mandats.jpgM. Polat est au second tour des législatives. Cela a été tellement évident que ces lignes ont été écrites avant même que je n'en connaisse le résultat, puisque j'écris ce texte le dimanche 10 juin 2012 à 14h08 précise.

Il n'en demeure pas moins, qu'il y est et qu'il a une position sur le cumul des mandats qui est néfaste pour notre pays. Ce monsieur est, en effet, pour le cumul des mandats, mais contre le cumul des indemnités parlementaires. Surprenante, cette position 'milieu du gué', que je ne comprends pas, au delà de celle, évidente, de faire de la démagogie et du populisme, marque de fabrique de tout politicard professionnel sorti de Science-Po.

Ainsi, M. Polat est pour le cumul des mandats, au détriment de l'intérêt général. Ce n'est pas moi qui le dis, mais cet article complet du journal 'Le Monde' daté du 9 Juin 2012, où un certain M. Carcassonne donne son avis en la matière. M. Carcassonne est LE spécialiste de droit public connu et reconnu en la matière. S'il fait une analyse, car motivée et expliquée, elle sera automatiquement juste.

A vous donc de prendre votre bulletin de vote et voter pour la personne la plus à même de respecter l'intérêt général. Le pays a besoin de vous.

Un article du journal 'Le Monde' daté du 9 Juin 2012

****************

Une Assemblée de cumulards
83 % des députés détiennent également un mandat local. Cette tradition bien française entraîne, au Palais-Bourbon, un spectaculaire absentéisme qui affecte le travail législatif et fragilise la démocratie

Lorsqu'il était petit, sa mère l'accusait souvent d'être paresseux. Un reproche que l'on peine à comprendre en entendant, soixante-dix ans plus tard, François Scellier égrener la longue liste de ses activités : à 76 ans, un âge où la plupart des gens savourent leur retraite, cet élu UMP est à la fois député du Val-d'Oise - membre de la commission des finances, coprésident du groupe d'études sur le logement et la construction et vice-président du groupe sur l'automobile - et premier vice-président du conseil général du département, ce qui lui vaut de diriger la commission sur le développement économique, le comité d'expansion du Val-d'Oise et une association de gestion des pépinières d'entreprises innovantes. " Ma mère va bientôt avoir 100 ans, sourit M. Scellier, et quand je la vois, je lui dis toujours que je suis peut-être un paresseux, mais un paresseux qui travaille ! "

Au fil des ans, François Scellier a appris, en chef d'orchestre accompli, à jongler habilement avec les agendas, les mails et les réunions. Ses secrétaires, à l'Assemblée comme au conseil général, sont connectés à son agenda électronique, il utilise le chauffeur du conseil général pour aller au Palais-Bourbon - " je signe le parapheur pendant le trajet " - et il délègue une partie de ses responsabilités. " On multiplie sa capacité à gouverner en travaillant en équipe. J'ai une assistante et trois collaborateurs à temps partiel à l'Assemblée et je peux compter sur cinq personnes au sein de la commission sur le développement économique, une dizaine au comité d'expansion et trois dans la pépinière d'entreprises. C'est la vie privée qui trinque le plus : j'ai trois garçons, et l'un d'eux m'a dit un jour qu'il aurait bien aimé faire une partie de pêche ou taper dans le ballon avec moi. "

Le parcours de François Scellier n'a rien d'exceptionnel : en matière de cumul des mandats, la France est championne d'Europe toutes catégories. " Cette pratique constitue la plaie ouverte du régime ", résumait, en 1997, le professeur de droit public Bernard Chantebout.

Quinze ans plus tard, plus de 80 % des députés français détiennent au moins un mandat local, un chiffre qui place l'Hexagone loin, très loin, devant ses voisins européens : selon Laurent Bach, professeur assistant à la Stockholm School of Economics, le Royaume-Uni ne compte que 3 % de " cumulards ", l'Italie 7 %, l'Espagne 20 %, l'Allemagne 24 % et la Suède 35 %. " La pratique du cumul, quelle que soit sa forme, situe la France dans une classe à part puisqu'il est, en proportion, plus de deux fois plus élevé qu'en Suède, le pays où la pratique est la plus fréquente en dehors de France ", constate M. Bach dans une étude réalisée pour le Centre pour la recherche économique et ses applications.

Ce goût pour le cumul des mandats est le fruit d'une longue histoire. Selon Laurent Bach, la IIIe République affichait déjà 25 % à 35 % de députés-maires et 40 % à 50 % de députés-conseillers généraux. Avec la IVe, le cumul marque le pas, mais il fait un retour triomphant sous la Ve. " Le renforcement du pouvoir central lié à la restauration du pouvoir exécutif souhaitée par le général de Gaulle a accru la pratique du cumul, constate un rapport réalisé en février 2012 par les sénateurs François-Noël Buffet et Georges Labazée. Il était généralement admis que, grâce à leur mandat de parlementaire, les élus locaux pouvaient mieux défendre les intérêts de leur territoire auprès du pouvoir central. " Au début des années 1980, Jean Lecanuet était ainsi maire de Rouen mais aussi président du conseil général de Seine-Maritime, sénateur et parlementaire européen...

En dotant les collectivités locales d'un véritable pouvoir - elles réalisent aujourd'hui 70 % des investissements publics -, la décentralisation lancée au début des années 1980 par François Mitterrand aurait pu ralentir cette folle course aux mandats. Las, le cumul s'est poursuivi, obligeant le gouvernement à intervenir par la loi : en 1985, un texte contraint pour la première fois les députés à opter, en plus de leur siège, pour un seul mandat parmi ceux de député européen, conseiller général, conseiller régional, conseiller de Paris, maire d'une ville moyenne ou maire adjoint d'une grande ville.

Le cumul continue cependant à prospérer, conduisant le gouvernement Jospin à légiférer une seconde fois en 2000. Le régime des incompatibilités se durcit, mais la France ne va pas jusqu'à l'interdiction pure et simple qui prévaut dans la plupart des démocraties européennes : dans l'Hexagone, un député a le droit de diriger une ville, un conseil général ou un conseil régional.

Par la grâce de cette " désolante exception française ", selon le mot de l'Institut Montaigne, l'Assemblée nationale est aujourd'hui peuplée d'élus qui passent leur vie à courir, débordés, du Palais-Bourbon à leur collectivité locale tout en consultant mails, courriers et dossiers sur leur smartphone. Rémi Lefebvre, professeur de sciences politiques à Lille-II, a mené une étude sur les agendas des cumulants. " Ils donnent à voir une activité permanente, harassante, sans répit, un rythme de vie d'une grande intensité, une course perpétuelle et compulsive contre l'horloge. L'élu est sans cesse "la tête dans le guidon". L'activité politique est une vie par excès : de dossiers, de rendez-vous, de soucis, de requêtes, de courriers, de repas, de déplacements... Les élus sont nombreux à exprimer dans les entretiens un sentiment d'"asphyxie" ou de "perte de sens". Beaucoup invoquent l'impossibilité de réfléchir, de prendre du recul. "

Clientélisme

Pourquoi accepter des emplois du temps aussi chargés, des horaires aussi difficiles, des vies aussi bousculées ? Parce que le cumul des mandats aboutit au cumul des indemnités, accusent certains mauvais esprits. Instauré en 1992, le mécanisme de l'" écrêtement " interdit d'additionner plusieurs indemnités, mais il ne fait pas disparaître toute ambiguïté pour autant : un député qui dispose d'un autre mandat touche 1,5 fois son indemnité parlementaire de base (8 300 euros) et il peut redistribuer le surplus aux élus de sa collectivité. " Cette pratique encourage le clientélisme, le mélange des genres (il est arrivé que cet écrêtement soit perçu par un membre de la famille de l'élu, lui-même élu), voire les malversations (certains élus auraient demandé le reversement d'une partie de cet écrêtement à l'élu qu'ils ont désigné) ", regrette dans son blog le député (PS) Christophe Caresche.

Si le cumul prospère, c'est aussi parce que les députés, qui vivent dans la hantise de perdre leur mandat, voient dans cette accumulation de fonctions une assurance contre l'incertitude. " Il permet, en construisant l'inamovibilité électorale, de sécuriser le maintien dans le jeu politique, poursuit Rémi Lefebvre. Les mandats sont à durée limitée, mais l'engagement est appréhendé dans une forme d'irréversibilité. L'activité souvent frénétique des élus traduit fondamentalement un "rapport d'insécurité" au temps. " Une analyse confortée par les témoignages des parlementaires. " C'est notamment pour éviter de se retrouver du jour au lendemain "sur le carreau", en cas de défaite électorale, que beaucoup d'élus ont la tentation, forte, de cumuler les mandats, admet le sénateur (UMP) Antoine Lefèvre dans le rapport de MM. Buffet et Labazée. C'est d'ailleurs le conseil que l'on m'a donné lorsque j'ai débuté ma carrière. "

Si les députés choisissent de cumuler, c'est enfin, disent-ils, parce que leur mandat de maire, de conseiller général ou de conseiller régional les enracine dans leur région. " En France, les élus considèrent que c'est le territoire qui leur donne leur légitimité, constate l'anthropologue Marc Abélès, auteur d'Un ethnologue à l'Assemblée (Odile Jacob, 2000). Cette idée est un héritage du XIXe siècle, de la notion de notable, de l'idée du fief politique. Dans les pays du Nord, la politique est un métier plus qu'une dignité et, là-bas, le mandat unique est le signe du respect que l'on porte à l'électeur et du sens de la responsabilité de l'élu. En France, c'est le contraire : les élus pensent souvent qu'un mandat de simple parlementaire, c'est un peu un mandat amputé, marginal, comme si l'enracinement dans le territoire n'était pas assez profond. "

Hervé Gaymard, qui est à la fois député (UMP) de Savoie et président du conseil général du département, affirme ainsi qu'il se sentait " un peu en apesanteur " lorsqu'il était simplement député : il lui a fallu conquérir un mandat de conseiller général pour se sentir " pleinement légitime ". " Il y a une synergie totale entre mes deux activités, ajoute-t-il. Le conseil général me permet d'aborder les questions touchant aux personnes âgées, aux routes, à l'action sociale, au handicap, aux collèges. C'est une véritable valeur ajoutée qui me fournit beaucoup d'énergie et de conviction pour l'Assemblée. C'est d'ailleurs parce que je suis l'élu local d'une région montagnarde que je me suis battu, comme ministre et comme député, pour les tarifs spéciaux EDF des industries électro-intensives. "

Hervé Gaymard, qui passe deux jours au Palais-Bourbon et trois dans sa circonscription, défend ardemment le principe du cumul : sans les moyens du conseil général, il aurait, dit-il, du mal à accomplir son travail de député. " Les spécialistes et techniciens du conseil général peuvent m'éclairer pour les questions techniques, et les experts de l'action sociale m'accompagnent sur le fond des dossiers. Mes moyens de député sont prioritairement réservés aux interventions : mes cinq collaborateurs sont absorbés par la rédaction du courrier - pas moins de 10 000 lettres par an pour le logement, l'emploi ou l'école, entre autres ! Il s'agit donc d'un équilibre global entre l'activité nationale et une action de terrain où les compétences s'enrichissent mutuellement et toujours au bénéfice des résultats attendus. "

Ces arguments font sourire le constitutionnaliste Guy Carcassonne, professeur de droit public à l'université Paris-Ouest Nanterre-la Défense et vigoureux opposant au cumul. " Sous la IIIe et la IVe République, les députés n'avaient ni assistant, ni bureau, ni moyens d'investigation ou d'évaluation. Mais les temps ont profondément changé : en termes de moyens fournis aux députés, la France est aujourd'hui en tête des Parlements européens ! Les députés ont le plus souvent deux assistants et ils ont à leur disposition, à l'Assemblée nationale, des fonctionnaires d'exception qui sont souvent sous-utilisés. Depuis la réforme constitutionnelle de 2008, la collaboration avec la Cour des comptes donne en outre des résultats formidables : la commission des finances mène un vrai travail de fond, avec la juridiction financière, sur l'évaluation des politiques publiques. "

Si la suractivité des " cumulards " se contentait d'altérer leur santé, nul, sans doute, ne se permettrait d'en débattre publiquement. Mais cette folle course contre le temps finit par nuire à la qualité du travail législatif, qui, elle, constitue un bien commun. " Le cumul des mandats a des conséquences dramatiques sur le fonctionnement du Parlement ", résume Laurent Bach. Les chiffres sont accablants : dans tous les domaines ou presque de l'activité parlementaire, les députés dépourvus de mandats locaux sont nettement plus actifs que ceux qui ont des fonctions exécutives en région. Interventions en séance publique, présence aux réunions de commission, probabilité de rapporter une loi, participation aux commissions d'enquête et aux missions d'information : selon Laurent Bach, l'activité des " simples députés " est environ 70 % plus élevée que celle de leurs collègues qui sont aussi maire d'une ville de plus de 30 000 habitants ou président d'un exécutif territorial.

Cet absentéisme spectaculaire s'explique aisément : épuisés par leur course contre le temps, les députés qui cumulent ne peuvent, sauf à renoncer au sommeil, assumer toutes les obligations imposées par leurs deux " temps pleins ". Mais les tâches qu'ils privilégient ne sont pas forcément les plus utiles à la collectivité : pressés par le temps, obnubilés par leur réélection, ils accomplissent en priorité le travail qui présente la plus grande rentabilité électorale. " Seules deux activités ne sont pas négativement affectées par la détention de mandats locaux : l'envoi de questions écrites aux ministères et la présence aux séances télévisées de questions au gouvernement, le mercredi, déplore Laurent Bach. Face à une contrainte de temps forte, les députés préfèrent réduire avant tout les activités auxquelles leur circonscription est peu sensible. "

Ces arbitrages conduisent les cumulards à déserter le coeur même de l'activité parlementaire. Ce sont en effet dans les réunions de commissions, les séances publiques sur les projets ou les propositions de loi et les missions de contrôle que se construit, pas à pas, le travail législatif. " Les activités reconnues par tous comme essentielles au pays, mais dont il est difficile de se prévaloir auprès des électeurs, sont délaissées par les députés-élus locaux ", regrette M. Bach, qui estime que le cumul est " une tragédie du bien public. Si tous les cumulards se comportaient comme des députés sans mandat local, le nombre total d'interventions en séance publique augmenterait d'un tiers et le nombre total de présences en commission d'environ 20 % ".

Conflit d'intérêts

L'absentéisme n'est pas le seul manquement démocratique suscité par le cumul des mandats : cette pratique très française présente aussi l'inconvénient d'être " l'incarnation absolue du conflit d'intérêts ", selon le mot de l'universitaire Yves Mény, auteur de La Corruption de la République (Fayard, 1992). Lorsqu'un député " cumulard " prend position sur un projet de loi qui affectera sa mairie ou son conseil général, tranche-t-il en songeant, comme doit le faire un député, à l'intérêt national ou, comme pourrait le faire un maire, à ses intérêts locaux ? " Que le cumul soit une plaie tient d'abord à cette évidence, que l'on connaît au moins depuis Goldoni : même Arlequin ne peut servir convenablement deux maîtres ", résume le professeur de droit public Guy Carcassonne.

Si le cumul est tant critiqué, c'est aussi parce qu'il bloque le renouvellement de la vie politique française en concentrant les pouvoirs - mairies, présidence des conseils généraux, présidence des conseils régionaux, Assemblée nationale - entre les mains de quelques élus dont les profils rappellent ceux des notables de la IIIe et de la IVe République. " Notre vie politique tend à privilégier un profil type : hommes, blanc, de plus de 55 ans, appartenant aux couches sociales supérieures ", résume Eric Keslassy, sociologue à Sciences Po Lille, dans un texte publié surle site du Nouvel Observateur. Difficile, dans ces conditions, d'ouvrir la vie politique française à la parité, à la jeunesse et à la diversité. " Malheur à la femme française de moins de 50 ans, issue de l'immigration et travaillant dans le secteur privé : elle n'a statistiquement aucune chance de siéger au Parlement ! ", plaisantait, en 2002, Pierre Bellon, président du conseil d'administration de Sodexho, dans une note de l'Institut Montaigne.

Depuis cette date, la situation n'a guère changé. Malgré l'inscription, en 2000, du principe de parité dans la Constitution, les hommes représentent plus de 81 % des députés, ce qui place la France au 17e rang de l'Europe des 27. L'Assemblée nationale française affiche en outre l'une des moyennes d'âge les plus élevées d'Europe : selon le sociologue Louis Chauvel, elle compte 9 % de sexagénaires contre 3 % au Royaume-Uni, 2,66 % en Italie, 0,78 % en Allemagne et 0,44 % en Suède, et ce déséquilibre s'aggrave - les jeunes sexagénaires représentaient 22,4 % des députés en 2007 contre seulement 13,8 % en 2002 et 9,6 % en 1997. Enfin, selon le sociologue Eric Keslassy, l'Assemblée ne compte qu'un seul député noir élu dans une circonscription métropolitaine.

Le cumul des mandats n'est pas seul en cause, bien sûr, mais il contribue à figer le profil des élites politiques françaises : si le non-cumul était la règle, comme dans bien des pays européens, des centaines de mandats s'ouvriraient peu à peu au renouvellement. Mais le chemin de la rénovation semble difficile : plusieurs groupes de réflexion - la commission Mauroy sur la démocratie locale en 2000, le Comité Balladur sur la modernisation de la Ve République en 2007 - ont plaidé contre le cumul, et plus d'une quinzaine de propositions de loi ont été déposées depuis 2002, mais aucune n'a jamais abouti. " Pour légiférer, il faut passer par le Parlement, ce qui revient à demander aux cumulards de mettre fin au cumul, ironise Guy Carcassonne. Ce n'est pas le mouvement le plus naturel... "

Prudent, François Hollande n'a jamais promis le mandat unique qui prévaut dans certains pays anglo-saxons. Le nouveau chef de l'Etat s'est cependant engagé, dans ses 60 propositions, à faire voter une loi limitant le cumul des mandats : les députés pourraient dans ce cas conserver leur mandat de conseiller municipal, général ou régional, mais il leur serait interdit d'exercer des fonctions exécutives locales (maire ou maire-adjoint, président ou vice-président d'une collectivité territoriale) - une idée que les militants socialistes avaient approuvée à plus de 70 % lors d'une consultation, en 2009. Le PS admettait alors qu'il s'agissait là d'une " mesure modérée ", mais il promettait d'imposer, un jour, un " mandat parlementaire unique ". L'avenir dira si ces engagements seront respectés.

Anne Chemin

    " FAUT-IL ABOLIR LE CUMUL DES MANDATS ? "

    de Laurent Bach (Ed. rue d'Ulm,

    collection du Cepremap, 123 p., 7,50 €).

    " UN ETHNOLOGUE À L'ASSEMBLÉE "

    de Marc Abélès

    (Odile Jacob, 2000).

    SUR LE WEB

    REGARDS CITOYENS

    www.regardscitoyens.org

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Candidature

Repost 0