En quoi les migrants dérangent-ils le peuple ?

Publié le 22 Décembre 2015

En quoi les migrants dérangent-ils le peuple ?

Les migrants posent un problème... à notre conscience... Quand des hommes et femmes sont dans la difficulté, notre obligation est de les aider à échapper à une mort et à des souffrances subies dans leur pays. Il faut donc que nous dépassions nos peurs afin de montrer que les Français peuvent et savent être humains de temps en temps.

On pourra arguer que cet un manque de moyens : c'est un faux prétexte. On passe notre temps à dépenser du fric à changer le logo de la Région Rhône Alpes (3.5 Millions), à construire des ponts et routes qui ne servent à rien, à construire un aéroport à Nantes, qui ne sert à rien non plus, à payer des préfets hors cadre à ne rien foutre, à surpayer des retraites de sénateurs et toutes leurs cliques qui ne travaillent que 32h par semaine avec la prime de nuit incluse, et on voudrait me dire que l'on n'a pas les moyens d'aider notre prochain ? Et je passe sur les retraites de plusieurs millions par an que l'on reverse à nos ex-présidents de la République !

L'idéal serait bien sûr que ces gens soient heureux chez eux. S'ils ne peuvent l'être pour le moment, peut-on faire en sorte de les héberger temporairement et faire en sorte que leurs chez eux soit plus vivable ?

Notre pays, la France, que l'on dit humaniste, aurait tout à y gagner...

Un article du journal 'Le Monde' daté du 29 Août 2015

***************

A Paris, " on sait défendre les salariés, mais pas les réfugiés "

Sous le pont d'Austerlitz, des roulements de tambours, mêlés à des cris et des slogans. Pour la deuxième fois en un mois, une manifestation était organisée jeudi 27 août en soutien aux migrants qui vivent sous des tentes, à quelques pas de la Cité de la mode et des boîtes de nuit. Migrants et militants ont défilé d'Austerlitz à République pour demander à la préfecture de " tenir ses promesses " de relogement. " Toute opération d'évacuation est conditionnée à une offre de logement ", assure la Mairie de Paris. Mais ces hommes et ces femmes qui vivent ici depuis des mois, voire des années, n'ont jamais reçu de propositions, malgré une évacuation du camp prévue pour la mi-septembre.

Jeudi, sous la pluie incessante, les soutiens se faisaient rares. Une centaine de personnes, toutes de la sphère militante, avaient répondu à l'appel lancé par le Collectif de soutien aux migrants d'Austerlitz. La semaine précédente, l'opération n'a pas eu plus de succès, avec à peine 200 manifestants. C'est tout le paradoxe de la question des migrants : omniprésente sur le terrain et dans les médias, absente chez les politiques et les citoyens.

Pour Jocelyne Vaudenay, militante de la Ligue des droits de l'homme, le blocage vient d'abord des migrants, qui " ne veulent pas trop se montrer ". " C'est extrêmement difficile de leur faire comprendre qu'il est nécessaire de faire parler de soi, de manifester ", explique-t-elle.

Vers 19 heures, après quelques rumeurs d'abandon en raison des conditions météorologiques, le cortège démarre sous une pluie battante. " Solidarité avec les réfugiés ", scandent quelques dizaines de migrants, dans une ambiance bon enfant.

" Non-sujet "
Les partis politiques et syndicats présents se comptent sur les doigts d'une main. " On sait défendre les salariés, mais pas les réfugiés ", admet Francine Blanche, membre du groupe " Migration " de la Confédération européenne des syndicats. Pour elle, cela ne fait aucun doute, " il faut que les syndicats alertent davantage l'opinion ".

Une opinion peu encline à s'intéresser au sort des migrants. Nicolas Fauvet et Charles Pozzo, la vingtaine, regardent avec amusement le cortège défiler, boulevard de la Bastille. " En principe je les soutiens, explique Nicolas, mais c'est quand même la crise économique. Les gens en ont marre : les politiques et les médias ne leur parlent que de la crise, alors ils ne sont pas focaliséssur l'aide aux migrants. " " Ils pensent que l'immigration, c'est du travail en moins ", résume le jeune homme.

" La question des migrants n'intéresse plus personne depuis un moment ", constate, amère, Brigitte Wieser, militante de Réseau éducation sans frontières. Incapable d'apporter des solutions efficaces, le gouvernement " essaie d'en faire un non-sujet ", explique-t-elle. Utiliser le terme " migrant " est une tentative du gouvernement " de ne pas reconnaître qu'il y a un réel problème de réfugiés en Europe et en France ", souligne Francine Blanche.

Un choix qui forge dans l'opinion publique l'image d'un migrant encombrant. Emilie Guillemain, déléguée nationale adjointe de la Cimade en Ile-de-France, dénonce le " discours alarmiste de Bernard Cazeneuve " qui " effraie les Français ", tout en se réjouissant du nombre de livres ou de films qui s'intéressent aux migrants, comme Dheepan, du réalisateur Jacques Audiard, actuellement en salles. Une pointe d'optimisme cependant loin de pallier l'indifférence dont souffrent les migrants.

Amélie Petitdemange

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost 0
Commenter cet article

Suragne 25/12/2015 19:32

Vous dites ça parce que vous êtes ingénieur.
Vous n'avez pas trop de concurrence.
Vous seriez smicard sans qualification vous accepteriez plus mal cet afflux de concurrence sauvage.
Mettez vous à la place des français les plus pauvres.
On est bien d'accord qu'on doit secourir les gens qui sont en danger,mais en mer on doit porter assistance aux navires en péril à condition que cela ne mette pas en danger son propre navire. Et accueillir sur notre territoire des gens qui vont être payés en prélevant des charges sur les salaires des plus faibles ,je suis pas certain que ce ne soit pas mettre en péril notre propre navire qui croule déjà sous beaucoup de charges et qui risque lui aussi de couler.
Si vous aviez en plus de votre instruction un peu de culture religieuse vous sauriez que la souffrance est une monnaie qui paie l'entrée au Ciel.
Il est vrai que notre société laïque athée ne veut pas entendre parler de culture chrétienne.
C'est bien dommage parce ceux qui ont la solution à la société de surconsommation ce sont bien les chrétiens.
Les vrais chrétiens les vrais disciples de Jésus je ne parle pas des catholiques et des ecclésiastiques complices et de la même parenté que les gens du pouvoir.
Marie la Sainte Vierge jeunait 2 fois pas semaine.
Si tout le monde faisait pareil nous n'aurions pas les problèmes générés par l'industrie porcine et bovine et nous n'aurions pas les problème liés à la déforestation à l'érosion et au réchauffement climatique.
Vous qui êtes intelligent avec une formation scientifique vous ne pouvez pas nier ces évidences.
Alors pourquoi s'entête -t- on donc à nie réa vérité.pourquoi s'enter -t-on donc à faire payer aux plus faibles les décisions prises pour favoriser les classes moyenne a laquelle vous appartenez.
Est ce de la mauvaise volonté,
est ce de l'ignorance
est ce par égoïsme et par attrait du pouvoir et par appât du gain social ou financier?
Ce sont des question auxquelles je vous laisse le soin de réfléchir à une réponse.
Merci de votre attention cher monsieur Noviant.
Et permettez moi de vous souhaiter de bonne fêtes de fin d'année.

Philippe NOVIANT 25/12/2015 21:06

C'est un très bon texte qui pose de très bonnes questions.

Je vais y répondre point par point...

> Vous dites ça parce que vous êtes ingénieur.
> Vous n'avez pas trop de concurrence.
> Vous seriez smicard sans qualification vous accepteriez plus mal cet afflux de concurrence sauvage.
> Mettez vous à la place des français les plus pauvres.

La concurrence fait partie de la vie. La concurrence est constante dans notre société.
Quand on est élève, on est en concurrence, et on est en concurrence dans tous les milieux professionnels.
Vous avez raison de dire que lorsque l'on est smicard, sans qualification, c'est problématique.
Mais c'est le rôle de notre société, de nos politiques, de faire en sorte que nos citoyens aient plus de qualifications, comme ça se passe en Allemagne...
Le mal est-il le manque de qualifications, le manque de marchés ou la concurrence que vous appelez sauvage ?
Je pense que les torts sont plus parmi nos politiques qui n'ont pas su offrir plus de qualifications, que parmi la concurrence qui arrive et qu'on ne peut rejeter, car la concurrence, c'est la vie...
Je me mets à la place des Français les plus pauvres : il faut leur donner une qualification et non pas virer la concurrence, c'est cela leur avenir...

> On est bien d'accord qu'on doit secourir les gens qui sont en danger,mais en mer on doit porter assistance aux navires en péril à condition que cela ne mette pas en danger son propre navire. Et accueillir sur notre territoire des gens qui vont être payés en prélevant des charges sur les salaires des plus faibles ,je suis pas certain que ce ne soit pas mettre en péril notre propre navire qui croule déjà sous beaucoup de charges et qui risque lui aussi de couler.

Notre avenir était déjà bien problématique avant d'accueillir les réfugiés.
Quand on accueille des réfugiés, on n'est pas qu'en perte : l'accueil peut aussi créer des opportunités économiques...
A nos instances de faire en sorte que certains investisseurs puissent être aidés à créer des besoins d'accueil vis à vis de ces populations qui sont dans le besoin...

> Si vous aviez en plus de votre instruction un peu de culture religieuse vous sauriez que la souffrance est une monnaie qui paie l'entrée au Ciel.

...comme paie l'entrée au Ciel celui d'aider son prochain, de l'aimer et d'être dans la miséricorde... Votre discours n'est pas très religieux ;)
L'égoïsme est un péché ;)

> Il est vrai que notre société laïque athée ne veut pas entendre parler de culture chrétienne.

Votre discours est osé ! Dire qu'il est Chrétien de fermer ses portes sous principes que la souffrance aide son prochain, c'est quand même fort !

> C'est bien dommage parce ceux qui ont la solution à la société de surconsommation ce sont bien les chrétiens.
> Les vrais chrétiens les vrais disciples de Jésus je ne parle pas des catholiques et des ecclésiastiques complices et de la même parenté que les gens du pouvoir.
> Marie la Sainte Vierge jeunait 2 fois pas semaine.
> Si tout le monde faisait pareil nous n'aurions pas les problèmes générés par l'industrie porcine et bovine et nous n'aurions pas les problème liés à la déforestation à l'érosion et au réchauffement climatique.

Bien sûr ! Les cardinaux et les proches du pape aussi sont la solution ! Tout le monde sait qu'ils vivent dans un état de piété avancé...
Je ne pense pas que nos problèmes soient uniquement liés au fait de jeuner 2 fois par semaine : le problème est, selon moi, plus lié à la nature de ce que nous consommons, plutôt qu'à sa quantité...

> Vous qui êtes intelligent avec une formation scientifique vous ne pouvez pas nier ces évidences.

Je viens d'y répondre. Je ne les ai pas niées, mais ne les ai pas acceptées pour autant ;)

> Alors pourquoi s'entête -t- on donc à nie réa vérité.pourquoi s'enter -t-on donc à faire payer aux plus faibles les décisions prises pour favoriser les classes moyenne a laquelle vous appartenez.

Car nos politiques ont oublié que nous et vous avions le pouvoir dans un monde démocratique. Le populisme a pris le pas sur ses responsabilités.

> Est ce de la mauvaise volonté,
> est ce de l'ignorance
> est ce par égoïsme et par attrait du pouvoir et par appât du gain social ou financier?
> Ce sont des question auxquelles je vous laisse le soin de réfléchir à une réponse.

C'est de l'incompétence qui est due, en partie, au peuple Français qui continue à voter pour ces tocards qui nous gouvernent en ne donnant aucune chance à un renouvellement politique...
Ceci dit, le système est ainsi fait que le renouvellement politique est particulièrement dur à obtenir : en deça de 5%, un mouvement politique n'existe pas dans notre pays...

> Merci de votre attention cher monsieur Noviant.
> Et permettez moi de vous souhaiter de bonne fêtes de fin d'année.

Il n'y a pas de quoi.
Bonnes fêtes de fin d'année à vous aussi !
Très cordialement,

Philippe NOVIANT