Encore une preuve que la SNCF ne respecte pas sa clientèle

Publié le 29 Juillet 2016

Encore une preuve que la SNCF ne respecte pas sa clientèle

D'un côté, on a un projet de décret fait par le gouvernement, de l'autre, on fait directement grève sans savoir de quoi le décret retourne : c'est comme ça que l'on fait à la SNCF ! Dès que l'on dit que l'on va changer les choses, les gens se braquent et la grève débarque !

Peu importe que le texte soit largement incomplet car devant être complété d'une convention collective de branche et d'accords d'entreprise, le simple fait de dire que l'on va faire un texte suffit à pousser ses tocards et incompétents à faire grève ! Pendant ce temps, le voyageur ne peut pas se retourner car la SNCF est en situation de monopole dans notre pays.

Après, on vante le fait que les cars aient du succès, il n'empêche : remplacer les trains par des cars polluants n'est pas la panacée ! Le train est un moyen de transport formidable qui se trouve brisé par un personnel en grande majorité frappé de tocardise aiguë, qui ne sait pas ce qu'est un client !

Tout ça pour se battre pour quoi ? Pour des vérités : à savoir qu'ils paient leur incompétence à travers leur productivité ! Il faut 30% de personnel en moins dans le privé pour réaliser le même service !

C'est donc une exigence de rester nul que veullent les syndicats qui font grève actuellement ! Ils ne se posent pas la question de savoir s'ils scient la branche sur laquelle ils sont assis en faisant cela ! Ils ne se disent pas un seul instant que leur action légitime à elle seule les réformes ! Car, quand les gens sont victimes de grève, ils s'informent et quand ils voient les raisons, ils ne peuvent qu'applaudir les réformes !

On assiste donc, par la simple mise en place de cette grève, à la démonstration de l'obligation de réforme au sein de la SNCF, mais quand on est con, on est con !

Et quand on voit que ces fainéants bénéficient de 130 jours de repos, on marche sur la tête ! Quand au 19-6, il ne respecte pas le code du travail qui n'impose que 11 heures de repos consécutif...

En attendant, tous ces avantages sont payés par la clientèle et se retrouve sur le prix du billet : il est temps que cela cesse !

Un article du journal 'Le Monde' daté du 20 février 2016

*************

A la SNCF, négociations à haut risque sur le statut des cheminots
Le gouvernement a transmis, jeudi 18 février, le projet de " décret socle " qui édifie les règles sociales pour le transport ferroviaire
Le top départ est lancé. Jeudi 18 février, Alain Vidalies, le secrétaire d'Etat chargé des transports, a communiqué aux partenaires sociaux le projet de " décret socle " – la base du nouveau cadre social unique du secteur ferroviaire. Ce texte doit être complété d'ici juin d'une convention collective de branche et d'accords d'entreprise.

Les organisations syndicales et les principales entreprises du secteur, réunies au sein de l'Union des transports publics (UTP), ont six mois pour aboutir à un cadre social minimal qui prévaudra pour les 170 000 salariés de la branche (dont 148 000 pour la SNCF) lors de l'ouverture du secteur ferroviaire à la concurrence. Ce chantier est le dernier volet, et le plus délicat, de la réforme ferroviaire votée en août 2014.

Et les syndicats de la SNCF ont déjà affiché la couleur : la CGT et SUD Rail ont annoncé une grève pour le 9 mars, soit six jours avant la remise du texte définitif au Conseil d'Etat. L'UNSA cheminots et la CFDT ne s'associent pour l'instant pas à ce préavis.

Cette réglementation est cruciale pour l'économie du secteur. Selon une étude de l'UTP de 2014, il faut en moyenne 30 % de personnels de moins au privé pour offrir le même service de transport de fret que la SNCF. De même, pour proposer le même service de transport de passagers, les sociétés privées auraient besoin de moins de personnel que le groupe public, la différence se situant entre 15 % et 18 % du fait des règles sociales en vigueur à la SNCF et chez ses concurrents.

Si les exigences du décret socle reprennent l'organisation sociale actuelle de la SNCF, l'ouverture du transport de voyageurs à la concurrence est vouée à l'échec. Si l'organisation proposée se rapproche des conditions de travail des opérateurs ferroviaires privés, déjà actifs dans le fret en France, le risque d'un embrasement social est fort à la SNCF…

Une question d'équilibre
Tout est donc dans l'équilibre. A la première lecture du texte, les compagnies ferroviaires publiques et privées se disent assez satisfaites. " Le texte est bien le résultat d'un compromis. Tout le monde peut s'y retrouver ", juge-t-on à la SNCF. " C'est un texte équilibré et prudent, qui n'insulte pas l'avenir ", dit un patron d'une entreprise concurrente.

" L'Etat a proposé un compromis patronal, assure Roger Dillenseger, de l'UNSA cheminots. Pour nous, il s'agit d'un point de départ, car nous n'avons pas été assez pris en compte. Le texte ne peut que s'améliorer. " Dans le détail, le gouvernement propose de fixer le nombre de jours de repos des conducteurs et des autres personnels de bord à 115 jours sur l'année. Cela comprend les repos hebdomadaires et compensateurs, mais pas les jours fériés et les congés payés. Actuellement, les entreprises privées offrent 104 jours de repos – soit deux jours par semaine – à leurs conducteurs, tandis que les " roulants " de la SNCF bénéficient de quelque 130 jours. Le nombre de congés sera négocié pour sa part dans le cadre de la convention collective.

Le projet de décret évoque aussi l'amplitude des horaires de travail des personnels roulants, qui régit notamment les règles de repos. Il propose de conserver le fameux " 19-6 ", un dispositif en place à la SNCF : si un conducteur termine son service après 19 heures, il ne peut être remis sur le planning dès le lendemain. " Cependant, précise un spécialiste de la réglementation à la SNCF, si la référence au “19-6” est reprise, son application est largement assouplie. En pratique, cela n'a plus rien à voir avec l'organisation actuelle de la SNCF. "

Le texte prévoit un calcul des heures supplémentaires non pas par semaine ou quinzaine, mais tous les six mois comme à la SNCF. " Cela devrait baisser les coûts de concurrents privés et contrebalancer en partie l'augmentation de ceux liés au plus grand nombre de jours de repos ", assure un expert.

Pour la SNCF, si le texte proposé était appliqué en l'état, elle gagnerait en compétitivité, mais des choses manquent à son goût comme l'obligation de repos de deux jours consécutifs, aujourd'hui présent dans sa convention. Les syndicats feront sans nul doute pression sur ce point. Une fois ce texte validé, à la mi-avril au plus tard, les organisations syndicales pourront négocier la nouvelle convention collective et des accords dans leur entreprise.

Philippe Jacqué

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost 0
Commenter cet article