Quand M. Vincent Bolloré profite de sa participation pour restreindre le droit à l'information

Publié le 6 Février 2017

Quand M. Vincent Bolloré profite de sa participation pour restreindre le droit à l'information

Que c'est pratique d'avoir un journal à soi, rien qu'à soi ! Ca permet de ne pas parler de sujets qui fâchent et ça permet de faire de la restriction d'informations ;)

Rappelons-nous que ce n'est pas la presse qui est garante des libertés démocratiques, mais bel et bien sa pluralité qui l'est !

Quand un pouvoir est dilué, il est en effet plus efficace vis à vis de l'intérêt général...

En attendant, on me dit que c'est un pur oubli : ouf ! Je croyais que M. Vincent Bolloré ne servait que ses intérêts propres ! ;)

Un article de http://www.arretsurimages.net/ daté du 29 septembre 2016

****************

PAS DE BYGMALION DANS LA GRILLE TV DU JOURNAL DE BOLLORÉ

Par Manuel Vicuña le 29/09/2016 - 19h57 - grrr !

Un simple oubli ? Alors que France 2 diffuse ce soir le reportage ô combien explosif d’Envoyé spécial sur l’affaire Bygmalion, pas une seule ligne sur ce sujet dans Direct Matin, le journal de Vincent Bolloré. C’est peu dire pourtant que la diffusion de cette enquête sur le financement illégal de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 est attendue de pied ferme, l’émission ayant mis le feu aux poudres dans les étages de France Télévisions avant de déclencher "la" polémique de la rentrée médiatique.

Mardi encore, c'est Télérama qui consacrait une critique à cette enquête "implacable" et "très attendue" que le magazine avait pu visionner en avant-première. Ce jeudi, c’est Le Monde qui, à quelques heures de la diffusion, revenait amplement sur le bras de fer entre le patron de l’info de France Télé, Michel Field et Elise Lucet. En cause, comme @si l'a révélé : une tractation entre Field … et l'entourage de Sarkozy pour éviter une diffusion de l'enquête au cours des primaires de la droite. En vain, puisque Lucet et l'équipe d'Envoyé spécial ont finalement obtenu que le reportage soit diffusé, comme prévu initialement, ce 29 septembre.

Pourtant, malgré les soubresauts médiatiques et l'attente suscitée par la polémique et par la diffusion d'un extrait de 5 minutes dans le JT du 8 septembre de France 2, l’enquête sur Bygmalion est purement et simplement absente de la grille télé de Direct Matin. Si le quotidien de Bolloré annonce bien, dans son édition d'aujourd'hui, les deux autres sujets de l’émission d’Envoyé spécial, à savoir "SNCF : quand la sécurité déraille" et "Zidane, l’intouchable", elle ne mentionne pas le sujet sur Bygmalion, pourtant le plus attendu.

Faut-il y voir la une simple omission? Peut-être. Rappelons simplement que le réalisateur de l’enquête sur Bygmalion, Tristan Waleckx, a à son actif une enquête sans concession réalisée pour Complément d’enquête sur les activités de l’industriel breton. Une enquête que n’a visiblement pas digéré Bolloré qui, fin juillet, a décidé de traîner France 2 devant la justice pour la diffusion de ce sujet. Dernier élément de contexte ? L’actuel rédacteur en chef d’Envoyé Spécial, Jean-Pierre Canet, n’est autre que l’ancien rédacteur en chef de KM productions, la société qui a produit le documentaire sur le Crédit Mutuel censuré par... Bolloré. Simples coïncidences, certainement.

Quand M. Vincent Bolloré profite de sa participation pour restreindre le droit à l'information

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost 0
Commenter cet article