Les dérapages plus ou moins contrôlés de M. Simonet, Maire de Moirans

Publié le 1 Octobre 2012

Moirans-La-mairie.jpgJ'ai assisté à la séance publique du Conseil municipal de Moirans en date du 27 Septembre 2012. Durant, ce conseil, pendant que l'on débattait sur la fonction intercommunale de la Police municipale, Monsieur Simonet, Maire de Moirans de son état a insisté sur l'utilité de la Police municipale en relatant une anecdote.

Il se trouve qu'il voulait s'engager dans une rue à sens unique, quand une voiture lui a barré le passage, roulant en sens interdit. Le temps que le véhicule du Maire recule pour laisser passer son vis-à-vis, les esprits se sont échauffés.

M. Simonet a rappelé les règles élémentaires du Code de la route, ses interlocuteurs ont répondu par des noms d'oiseaux, dont le fameux et désormais célèbre "pauvre-con" qu'un élu de l'UMP ne renierait pas.

Bien entendu, les insultes n'ont jamais élevé quiconque et une voiture qui s'engage en sens interdit doit être verbalisée. Insulter le premier magistrat d'une ville de 7000 habitants doit aussi être puni, ce, sévèrement. Personnellement, dresser un procès verbal de 400Euros pour s'être engagé en contre-sens d'une rue en sens interdit en se perdant à insulter le Maire de sa ville, ne me paraît nullement disproportionné. Il se trouve que M. Le Maire a relevé la plaque d'immatriculation du véhicule fautif, ce qui engagera sans nul doute des représailles.

Mais M. Le Maire ne s'est pas arrêté là, et a cru bon d'ajouter à l'anecdote la supplique suivante que je retranscris : "en plus, je tairai l'origine de ces individus, car on va encore me traîter de raciste, mais on m'aura compris".

Et bien voyons ! M. Le Maire n'a donc pas pu s'empêcher, en séance public d'un conseil municipal de faire une remarque raciste, car c'est de cela dont il s'agit. Rappelons que l'UMP, parti de notre Maire, est coutumier du fait : on rappellera le désormais fameux épisode sur les Auvergnats relaté par M. Hortefeux.

Là où la remarque est pernicieuse, c'est que M. Le Maire prend bien le soin de dire qu'il ne dira rien sur l'origine de ses interlocuteurs...tout en disant, ce, publiquement... On reste donc dans l'amalgamme, dans la caricature dont le racisme primaire prend ses racines.

Pendant les dernières législatives, j'ai dit à M. Polat, candidat UMP, et accessoirement chef de cabinet du Maire de Moirans, que je ne le soutiendrai pas car le discours de l'UMP s'était fortement droitisé ces dernières années. M. Polat, présent à cette réunion publique, n'a en rien atténué les propos du Maire, et personne ne s'est insurgé en dénonçant ces propos odieux. Pour ma part, j'ai été profondément choqué, mais n'ai pas jugé bon d'intervenir. En avais-je le droit ? Je ne crois pas. En avais-je l'obligation ? Je le pense maintenant. Je ne l'ai pas fait.

J'ai été profondément choqué par cette remarque car elle participe à un état d'esprit nauséabond, haineux, qui font le terreau de tous les extrémismes. M. Simonet a fustigé l'origine de ses interlocuteurs, mais ne leur a pas demandé leurs papiers. D'origine, il s'avère qu'il en a tiré ses conclusions de la couleur de leur peau. Cela s'appelle du racisme, car cela sous-entend qu'à partir du moment où on a la peau foncée, on prend forcément les rues à contre-sens et que l'on insulte forcément le Maire de la commune quand on le fait.

J'ai mes torts dans cet épisode car j'aurais du interrompre la séance dudit conseil pour rappeler le caractère public de celle-ci et dénoncer les propos anti-républicains et outranciers de son auteur. Mea Culpa. Cela n'arrivera plus.

Quant à M. Simonet, il est coutumier de ce genre de propos car je l'ai déjà entendu faire de pareils sous-entendus lors d'une réunion de sympathisants lors de la candidature de M. Fabien de Sans Nicolas aux législatives de 2007.

Je m'attacherai, dans le futur, à ce qu'une réunion publique ne perde jamais le critère démocratique et Républicain qui doit être sa clé de voute.

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Et pendant ce temps à Moirans

Repost 0
Commenter cet article